Remiremont – Le cinquantenaire du lycée André Malraux majestueusement célébré !

07Plantation d'un chène (4)

Le programme promettait d’être éblouissant ce vendredi après-midi et il l’aura été de bout en bout. Tout a joyeusement débuté dès la mi-journée avec une scène ouverte au foyer du lycée avec de talentueux élèves musiciens, danseurs ou chanteurs. Puis avec un atelier-théâtre au centre de documentation. A l’extérieur, une météo favorable a ensuite permis de faire une photo géante où les étudiants ont formé le chiffre 50 avant d’effectuer un lâcher de ballons sous un petit vent particulièrement favorable. Puis il fut procédé à la plantation d’un chêne rouge issu des Pépinières de La Demoiselle afin de symboliser ce cinquantenaire alors que l’instant d’après, les invités accompagnés des anciens élèves et anciens professeurs effectuaient une visite de l’établissement sous la conduite du proviseur principal Frédéric Carlier et de ses deux adjoints, Sébastien Schal et David Ruffy, ce dernier étant par ailleurs la cheville ouvrière de ce projet des 50 ans du lycée. Un cinquantenaire rehaussé d’une exposition d’anciennes photos de classes de 1968 à aujourd’hui. De même que d’affiches retraçant l’historique du lycée. Parallèlement, 22 élèves se lançaient en cours d’après-midi dans la réalisation d’une fresque qui aura sa place sur l’un des murs de la salle Malraux. Un lieu où furent prononcées en fin d’après-midi les diverses allocutions.

C’est à la rentrée de septembre 1968 que le lycée de Béchamp – devenu depuis lycée André Malraux en 1994 – a ouvert ses portes.  Quelques années auparavant, en juillet 1962, afin de répondre à l’augmentation importante des effectifs sur le secteur romarimontain où l’on comptabilisait alors 3.500 élèves dans les quatre établissements du second degré, le conseil municipal de Remiremont prit la décision de construire ce nouveau lycée au lieudit « Béchamp », en périphérie des communes de Saint-Nabord et de Remiremont.

Les deux lycées de Remiremont étant devenus trop exigus pour accueillir les élèves, les travaux à Béchamp sont donc engagés en 1965 après avoir reçu l’approbation du recteur de l’académie de Nancy. Trois années plus tard, le lycée de Béchamp ouvrait ses portes en tant que structure mixte, accueillant ainsi les 1.171 élèves des deux anciens lycées. Il s’agissait là d’une première dans l’histoire de la ville puisque filles et garçons étaient dès lors regroupés au sein d’un même établissement.

12 les auditeurs

Une évolution remarquable au fil des décennies

Ainsi que l’a traduit Frédéric Carlier, le proviseur principal, le lycée n’a jamais cessé de se développer au fil des décennies qui ont suivi. Avec en 1972, les ateliers des sections industrielles, l’ouverture de la filière bois en 1986 et la mise en place d’un brevet de technicien du bois, dans l’attente de la construction des bâtiments du lycée professionnel de Saulxures. Puis de 1986 à 1988, la construction de l’atelier bois et l’ouverture du 1er BTS bois. A suivi en 1988 et 1989, la construction du bâtiment tertiaire. A la rentrée 1990, le lycée recense plus de 1.800 élèves.

Autre tournant en 1999 avec l’achèvement des ouvrages concernant l’amphithéâtre et son inauguration, tout comme celle de la statue d’André Malraux façonnée par le sculpteur Jean-François Laurent. Une double inauguration qui s’est faite en présence de Gérard Longuet, alors président de la Région Lorraine. Et c’est en septembre 2014 que la Région et le rectorat de Nancy-Metz décident de fusionner le lycée André Malraux et le lycée professionnel de Saulxures.

Enfin, en octobre 2017, c’est le GRETA Lorraine Sud, qui par décision de la Rectrice de Nancy-Metz, qui est transféré au lycée André Malraux. « Un juste retour des choses » a précisé Frédéric Carlier « après la fusion des trois anciens GRETA vosgiens et la disparition du GRETA des Hautes-Vosges ».

09 Atelier bois (2)

Un outil de formation unique et inégalé

François Vannson n’a pas manqué de le souligner à son tour : Le lycée Malraux a une histoire très riche car il a formé des milliers d’élèves ». Des élèves dont il a lui-même fait partie entre 1980 et 1983 en préparant un baccalauréat technique. Pour marquer le souvenir intarissable de ces trois années, le président du Conseil Départemental a emboîté le pas des élèves et des professeurs en recouvrant de trois grosses pelletées de terre le chêne rouge tout juste planté. Et si le lycée Malraux est aujourd’hui régulièrement présenté comme le deuxième établissement du département des Vosges, François Vannson s’est adressé au proviseur principal en ces termes : « j’apprécie votre vision de l’éducation pour demain ».

A ce titre , il faut souligner que le lycée représente un outil de formation unique et inégalé au coeur des Vosges et notamment pour la filière bois, étant le seul établissement sur la région Grand Est à afficher une carte des formations aussi complète dans les métiers du bois. Des formations allant du baccalauréat professionnel au BTS en passant par la filière technologique « architecture et construction », ainsi que nous avons pu le constater au cours de la visite.

09 Atelier bois (5)

Des sections sportives en ligne de mire

Et demain, l’innovation sera encore au rendez-vous puisque plusieurs formations ouvriront ou seront en passe d’ouvrir à la prochaine rentrée parmi lesquelles : l’option théâtre, l’Italien LV3 et la section sporive VTT « dont le dossier a de grandes chances d’aboutir » a précisé Frédéric Carlier tout en ajoutant : « je remercie d’ailleurs les maires qui ont déjà accepté de participer au financement de cette section sportive ». Pour être complet, d’autres projets d’ouvertures de formation sont actuellement en réflexion ou à l’étude, dont une 3ème section européenne en Espagnol et peut-être une seconde section sportive en athlétisme, un projet qui serait ainsi porté par les deux lycées publics romarimontains (Malraux et Camille Claudel).

01 Rock acrobatique (3)

Jeann Hingray, le maire de Remiremont a profité de cette annonce pour confirmer l’engagement de sa municipalité dans la rénovation des pistes d’athlétisme du stade de Béchamp, tout en rappelant que la ville accompagne le lycée avec différentes conventions. Il a aussi souligné le rayonnement du lycée au-delà des frontières du département. Un établissement qui est aussi porteur de 230 emplois toutes catégories confondues.

Pour sa part, le député Christophe Naegelen n’a pas manqué d’évoquer les trois belles années d’internat vécues au sein du lycée et de féliciter à la fois le proviseur et ses adjoints, de même que les enseignants et les différents personnels pour la dynamique qu’ils entretiennent au sein du lycée. Un lieu où les élèves se sentent bien et évoluent dans de très bonnes conditions. Tout en rappelant que c’est une vosgienne nommée Julie-Victoire Daubié, native de Bains-les-Bains, qui fut la 1ère femme française à obtenir son baccalauréat, le député a souhaité longue vie au lycée André Malraux.

11 Les discours des personnalités (6)

A noter qu’au lendemain de cette célébration du cinquantenaire, le lycée propose ce samedi 9 mars une opération portes ouvertes de 9 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h.

Article participatif de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s