Eloyes – Le confinement créatif de Jean-Pierre Roussel

Une fois de plus, le Loyat Jean-Pierre Roussel, dont le cerveau est toujours en ébullition, a trouvé une occupation artistique créative durant ce nouvel épisode de confinement général.

Avec la complicité de Mathilde

Jean-Pierre Roussel nous explique « C’est lors d’un après-midi récréatif à la maison avec Mathilde, une de nos petites filles (8 ans), en respectant à la lettre les gestes barrières, que l’idée nous est venue de peindre sur des cailloux… toutes nos planètes étaient alignées… Mathilde venait de recevoir de la part de ses parents une mallette de stylos de peinture « POSCA » et, nous venions de retirer tout un tas de cailloux, placé il y a près de 10 ans au pied d’une imposante graminée. Les cailloux, des galets, étaient couverts de mousse et de terre. Ils devaient être remplacés. En retirant lesdits galets, nous avons pensé leur donner une seconde vie. Mathilde s’est passionnée pour cette idée, le papi aussi et, de concert, nous nous sommes mis à la peinture, avec quelques sujets improvisés. Le second confinement est arrivé, Mathilde ne pouvait plus passer ses mercredis avec mamie et papi, personnages à risque… Mais il restait les cailloux, des stylos furent trouvés et l’aventure des « galets du confinement » trouvaient tout à fait leur place dans une activité artistique. Des galets ont été sélectionnés en fonction de leur forme et surtout avec une surface la plus lisse possible. L’idée du thème de la chouette ou des hiboux collait bien à la structure de la pierre, toutes les formes étaient possible, et les couleurs n’avaient pas besoin de répondre à des critères imposés… les idées ne manquaient pas pour dessiner les formes sur l’épure puis dans la recherche d’originalité pour la mise en couleur. Assez rapidement, j’ai eu envie de suivre des thèmes et donner des noms à ces créations. Tout d’abord un clin d’œil aux « ricochets » dans l’eau, une des fonctions de ces cailloux plats, puis un hommage aux soignants en ces temps de « Covid », mais plutôt que de longues lignes à lire, ne dit-on pas que « un dessin vaut mieux que de longs discours ! », alors, nous vous présentons cette première sélection d’images, à suivre… ».

Aucun galet de la Moselle !

Jean-Pierre Roussel s’explique au sujet desdits galets : « Nous tenons à préciser qu’aucun de nos galets n’ont été récoltés dans le lit ou les berges de la Moselle… ils proviennent tous de nos divers tas de cailloux de propreté, au pied des plantations et devant notre maison, une véritable mine de cailloux mais aussi de récupérations par mon épouse Brigitte, lors du passage de la « grelinette » dans les carrés de jardin cet automne. C’est fou ce que l’on peut trouver comme cailloux dans le jardin, même si mon épouse n’hésite pas à préciser qu’il y a, à présent, plus de cailloux dans la véranda que dans le jardin… ».

Propos recueillis par J.C B.