JO de Tokyo – Pauline Ferrand-Prévot réagit : « déçue mais pas abattue ! »

« Comme les médias s’en donnent à cœur joie pour enfoncer leur athlètes, et aussi pas mal de « Monsieur je sais tout », je tiens à prendre la parole sur ma course d’hier » .confie Pauline Ferrand-Prévot, au lendemain de sa 10e place aux Jeux Olympiques de Tokyo.

« Je suis fière d’être arrivée sur ces Jeux en étant à 100% et ça, c’est ma première satisfaction personnelle. Je n’ai jamais été autant en forme de ma carrière que durant cette semaine. Je ne me suis jamais sentie aussi heureuse d’être sur un tel événement, entourée d’un staff et d’une équipe au top. Mais oui, le sport de haut niveau est ingrat, et la récompense voulue n’est pas toujours celle que l’on voudrait. Sinon ça serait trop facile… » explique d’abord la vététiste de l’UC Remiremont.

« Hier, après un départ correct, je me sentais en mesure de rivaliser pour le titre. Malheureusement, je commets une erreur en début de course, je glisse sur les rochers et je perds beaucoup de temps. Après cela, je me re-mobilise pour viser une médaille, et au moment de repasser 2 ème, je crève de l’arrière. Pas d’excuses, je fais une erreur de trajectoire. Je me bats quand même pour finir cette course en 10 ème position. Pas la place que je voulais au départ, mais c’était le mieux que je puisse faire après ces erreurs qui m’ont coûtées chères ! Je pense que c’est une place respectable et honorable. En tout cas, c’est comme cela que je le ressens au plus profond de moi. Donc je suis fière de moi, je garde le sourire, je garde mon rêve d’être championne olympique un peu plus longtemps dans un coin de ma tête, et je vais me battre pour conserver mes titres de championne d’Europe et de championne du Monde. Car je ne veux pas revivre l’épisode d’ « après Rio » où le simple fait de penser au vélo me faisait pleurer. Je veux vivre heureuse, en faisant ce qui me rend heureuse. Aujourd’hui ce qui me rend heureuse, c’est d’avoir trouvé la force de sourire après le pire scénario de course que je pouvais imaginer. Sourire avec ma coéquipière de 21 ans, nouvelle star du Vtt, qui prend la 6ème place de ses premiers JO. Sourire pour tous les bons moments que l’on a à vivre. Sourire pour cette journée qui nous a été offerte ».

2 commentaires

  1. Bravo ,le plus important c’est de repartir de plus belle.
    Vous êtes un exemple pour votre sports.
    Cordialement Françis

  2. Bravo Pauline, si ça ce n’est pas positiver..la jeune fille timide que j’ai pu rencontrer sur un cyclo cross prêt de TROYES a bien grandi, je te souhaite encore à l’avenir de prendre besucoup de plaisir sur un vélo et enfin cette fois si un peu plus de réussite aux prochains JO en France.

Les commentaires sont fermés.