Le sénateur Jean Hingray présente son rapport sur « L’égalité des chances, jalon des politiques de jeunesse »

Profondément ancrés dans le monde rural (les Vosges pour le premier et les Landes pour la seconde), le sénateur Jean Hingray et la sénatrice Monique Lubin, respectivement président et rapporteure de la mission d’information sur la politique en faveur de l’égalité des chances et de l’émancipation de la jeunesse viennent d’en livrer les conclusions. Intitulé « L’égalité des chances, jalon des politiques de jeunesse », le rapport d’information pointe notamment la nécessité d’apporter des réponses aux inégalités territoriales, marquées par une forte différenciation des résultats entre urbains et ruraux.

Des témoins de tous les horizons, un état des lieux exhaustif, des propositions pour tracer des perspectives

La réunion constitutive de la mission s’est tenue le 16 février et la dernière audition a eu lieu le 20 juillet pour laisser place au travail de synthèse. Le panel des tables rondes ou des personnes auditionnées a été particulièrement profond, représentatif et équilibré. D’un côté, des personnalités connues pour leur engagement sur ces thématiques au rang desquelles Jean-Louis Borloo, Louis Schweitzer, Arnaud Montebourg et Yves Jégo mais aussi des membres du gouvernement comme Adrien Taquet ou Sarah El Haïry. Ou encore des responsables très impliqués telle Simone Saillant, directrice des programmes « ruralités » et « montagne » à l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).

Le contenu du rapport en témoigne qui ne laisse aucune question en suspens. Par exemple, il passe en lumière de façon très détaillée la problématique de l’égalité des chances en tenant compte de la très grande diversité des acteurs, de l’Etat aux collectivités territoriales et au monde associatif. A cet égard, il est souligné qu’une politique jeunesse qui serait menée par les départements pourrait s’imposer même si cette institution a vocation à s’adresser aux collégiens. La diversité des acteurs entraîne une diversité des dispositifs susceptibles d’alimenter de nouvelles fractures territoriales. La ruralité constitue d’ailleurs une problématique à part entière (1,6 million de jeunes de 15 à 29 ans habitent dans des territoires ruraux, dont 240 000 dans des espaces ruraux très peu denses). Elle est abordée précisément. Le phénomène croissant du décrochage est étudié. Un principe semble s’affirmer. Plus les investissements interviennent tôt dans les interventions éducatives, plus ils sont couronnés de succès. La question du décrochage est au coeur du sujet : peut-on attendre des décrocheurs qu’ils s’émancipent si le mot émancipation ne suppose pas d’atteindre une autonomie de la pensée que seule l’éducation confère. D’ailleurs, cette remarque est traversante. Les moyens à consacrer à l’égalité des chances doivent se concentrer sur la prime enfance. A ce sujet, des efforts très importants sont à mener en milieu rural où, par parenthèse, le dédoublement des classes si cher au Président de la République demeure un impensé qui mériterait pourtant d’être étudié de près en tenant compte de l’ensemble des contraintes qui s’y appliquent. En retenant dans un premier temps 31 pistes d’amélioration, le rapport ouvre des perspectives plus larges qui devraient susciter sur le terrain des expérimentations fécondes.

Rapport accessible sur le lien : https://www.senat.fr/notice-rapport/2020/r20-848-notice.html.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s