Equitation – Julie Gérardin au bout du concours international de Fontainebleau avec Abel !

Depuis le temps que Julie Gérardin rêvait de ce départ, le voilà enfin. Le chemin est tellement long pour arriver à ce niveau. Rien que d’être au départ était une victoire.

Et c’est ainsi qu’Abel et Julie Gérardin ont pris le départ du concours international 3 étoiles de Fontainebleau sur la distance de 140 kilomètres.

7 heures 00, c’est parti. Première boucle de 38 kilomètres dans la nuit noire. « On part calmement, je ne suis pas à l aise de nuit et Abel non plus. Les ombres, les lampes qui éclairent un peu partout mélangées à la brume, pas simple. Le groupe de tête part, je suis dans le second groupe » raconte la cavalière.

Arrivée à la première assistance, le jour se lève, « je coupe ma lampe dès que je peux pour qu’Abel ne soit pas perturbé par les ombres. Comme à son habitudes, écarts à droite, à gauche, il faut être bien accroché. Nous arrivons au vétérinaire. Nouvelle méthode, pas de bacs personnels, des bacs organisations et j’avoue que c’est un peu le bazar. Francky est mon seul assistant, j’en fais le maximum de mon côté mais je fatigue vite. Francky court partout pour les soins du cheval, c’est parfait. Contrôle veto nickel ».

La deuxième boucle (27 kilomètres) se fera sur le même rythme, la troisième (29 kilomètres) également. Il est vraiment à l’aise dans ce terrain. C’est la quatrième course qu’il fait la bas. Il gère parfaitement les sols.

Arrivée à la fin de la troisième boucle, le soulagement. « Je vois mes amis, RAS à l’arrivée au grooming, Sarah Ausseurs Reckel et Rémy Jacob. Je vais pouvoir souffler un peu de mon côté aux intermédiaires ».

Départ de la quatrième boucle de 22 km, il repart à fond. Cette boucle, il l’avait courue à 26,4km/h quelques années auparavant.

Passage au vétérinaire parfait. « Il mange bien, il boit ce qui est vraiment très rassurant pour moi). Remy prend le relais pour le réexamen avant départ dernière boucle. Petit signe d’alerte sur le cœur un peu haut mais le reste est parfait. Je vais donc jouer la prudence. En fait, il avait trop mangé mais ça je ne le savais pas encore ».

Départ de la dernière boucle, « je le laisse gérer. Il veut avancer, il avance à son rythme. Mais vers 15 kil,omètres je sens que ça se complique. Il commence à ralentir. Nous rattrapons Salvina Deniaud et nous arrivons à la dernière assistance. Il nous reste 10 km et je sais qu’ils vont être longs. On marche, on repart. On remarche, il s’arrête pour brouter. On essaye de motiver les chevaux entre eux. Mais ils ne sont pas vraiment décidés. 3 kilomètres avant l’arrivée, ça redémarre. La forme revient, il a dû entendre le micro. 2 kilomètres, il repart motivé. Voici le panneau 1 kilomètre et le tour de l hippodrome de la Salamandre nous attend. Je rentre sur le site, j’entends Sarah et Francky crier. Les larmes coulent, on ‘ a fait. Il m’a amené au bout ».

Il récupère bien et l’heure du jugement final arrive. Remy se chargera du trotting final (trop de pression pour Francky). Parfait, un trot parfait.

Tout était parfait.

« Il m’offre ma première qualification sur une course internationale trois étoiles. Et une superbe 9eme place sur 17 partants. Merci Abel. Merci d’avoir tout donné jusqu’au bout. Te voilà tranquille pour trois mois de repos hivernal. Merci encore à mes assistants de folie et à mon cher et tendre Francky Stephan pour toute son implication dans cette réussite » conclut Julie Gérardin.