Inceste – Triste réalité ! Une jeunesse pas rose du tout

Des centaines d’appel ont été enregistrés en une journée par la plate forme téléphonique lancée ce 21 septembre par la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise). Un chiffre affolant ! Qui l’est encore plus si l’on se réfère au chiffre de 6,7 millions de victimes en France, annoncé par l’association Face à l’Inceste suite à un sondage mené sur Internet « pour faciliter le témoignage des personnes concernées » Souligne ladite association. 10% des Français auraient donc été victime de l’inceste ! Et l’on ne parle (que) de l’inceste, cela n’intègre pas toutes les agressions pédo-criminelles ! Ca donne le vertige tout à coup ! »  conclut l’association. Oui assurément ! Et surtout une profonde envie de vomir !

Le premier témoignage d’inceste remonte au 2 septembre 1986, Eve Thomas prend alors la parole sur Antenne 2 dans le cadre de l’émission Les dossiers de l’écran pour dénoncer le viol perpétré par son père. C’est le début de la libération de la parole sur l’inceste ! Une parole qui n’a cessé de s’exprimer, mais qui n’est réellement entendue que depuis peu. Comment entendre ce que l’on ne veut ni entendre, ni voir, et que l’on ne sait comment, ni par quel bout traiter ? Pauvre jeunesse ! Pauvres enfants devenues femmes aujourd’hui et qui ont vécu avec ce fardeau ragoûtant. Pauvres enfants qui le subissent encore ! Mais qu’en est-il de ces auteurs d’inceste ? Peut-on seulement espérer qu’ils croulent sous le remord, et qu’ils se sont fait soigner ? Comment peut-on encore regarder cet enfant dont on a fait son jouet ?

Oui pauvre jeunesse ! Également aux prises avec le harcèlement, sur les réseaux sociaux et qui se poursuit bien souvent au-delà ! Comme cela s’avère de plus en plus souvent, notamment dans les cas de suicide d’enfants. Comment tout cela peut-il rester dans un coin sombre et bien caché, ou si peu entr’ouvert ? Pour ne ressortir qu’au moment de la mort de l’un de ces jeunes, qui a bout de souffle, d’espoir et complètement déboussolé ne trouve à tout cela qu’une issue dans la mort ? Maintenant que le couvercle est levé, comment venir en aide à cette jeunesse en détresse ? En se regroupant ?

Christiane THIRIAT.