La Protection civile des Vosges a consacré 168.000 heures au Covid-19

A travers cet article, réalisé en collaboration avec Raphaël Lévêque, vice-président de la Protection civile des Vosges, le centre hospitalier de Remiremont souhaite faire le bilan des actions réalisées par l’antenne vosgienne de cette association nationale.

En effet, du côté d’Epinal le Dr Théophile Génelot, médecin chef des urgences témoigne : « Sans la Protection civile, on n’aurait pas tenu le coup. Ils ont joué un rôle indispensable à bien des niveaux et notamment pour la séparation des flux de patients, nous permettant de trier et donc d’éviter des clusters. Ils étaient toujours disponibles, présents et efficaces, quelles que soient les missions. Je les remercie du fond du coeur ».

Son confrère de Remiremont, le Dr Jérôme Tisserand ajoute : « La Protection civile nous a rejoints en pleine tempête pour assurer un pré-tri des patients, aux urgences de l’hôpital de Remiremont. Ils ont rendu un précieux service en assurant l’accueil des patients covid et non covid, tous les après-midi, ce qui a permis de considérablement améliorer les flux. Leur aide nous a été indispensable. Je leur dis un très grand merci ».

La Protection civile, dans les Vosges, ce sont 4 salariés et 280 bénévoles, dont les principales missions sont aider, secourir et former.

Dès le 5 mars 2020, l’association a été rappelée en renfort 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, dans les hôpitaux d’Epinal et de Remiremont, ainsi que dans 27 EHPAD.

Ainsi, ce sont 168 000 heures qui ont été consacrées au covid19, par 230 bénévoles et 17 salariés. Leurs activités vont du transport à la lingerie, en passant par la logistique, le portage des repas, le lien social et la médiation, ainsi que la désinfection et la vaccination.

« Nos missions ont été extrêmement variées. Dans un premier temps, nous avons installé des chapiteaux, éléments indispensables dans le parcours covid d’accueil à l’hôpital. Nous avons accueilli, pré-trié et guidé les patients, en étroite collaboration avec les urgences des hôpitaux. Nous avons mis à disposition un véhicule et un accompagnant, pour les transferts en collaboration avec le SMUR. Mais nous avons aussi consacré des journées entières à la découpe de surblouses, au plus fort de la crise, pour pallier la pénurie de matériel » signale Raphaël Lévêque.

Ce dernier, employé par la société TRANE à Golbey, a été détaché par son entreprise, de mars à juin 2020.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s