Sénat – Jean Hingray dénonce des dérives « wokistes » intolérables dans l’université

Très remonté, le sénateur des Vosges Jean Hingray au moment de prendre la parole lors de la séance des Questions Au Gouvernement du 15 décembre dernier et d’interpeller la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, sur l’influence grandissante de la pensée sécessionniste sur le contenu des programmes universitaires.

En voici le texte intégral :

Monsieur le Président, Mesdames et messieurs les ministres, Mes chers collègues

Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, au second semestre, les étudiants de 2ème année de Sciences Po Poitiers vont avoir le privilège de pouvoir suivre un cours relatif à la « Sociologie de la race ». Au programme de ce cours facultatif ouvert à un vingtaine d’heureux élus : – les principes du constructivisme racial – la France face à la race – ou encore la blanchité dans l’hégémonie raciale. Effectivement, tout un programme qui – on l’aura compris – empreinte moins à Gobineau et Chamberlain qu’à l’idéologie woke et à la cancel culture. Celle-là même que vous dénonciez en février dernier, madame la ministre, en demandant au CNRS une enquête sur l’islamo gauchisme à l’université. Enquête que le CNRS a refusé de mener. L’intitulé du titre de l’enseignement de Sciences Po Poitiers a suscité beaucoup d’émotion. Résultat du principe de la liberté académique, elle permet donc le triomphe des idéologies sécessionnistes. En effet, Sciences Po dispense par exemple trois fois plus de cours sur le genre que sur les collectivités locales… On peut se demander si tel est bien son rôle, mais force est de constater que tel est bien désormais sa liberté.

Ma question est donc simple madame la ministre : comment réagissez-vous au triomphe de ces idéologies à l’université ? Si vous ne voyez pas le phénomène d’un œil favorable, allez-vous avoir la cohérence de remettre en cause le principe de la liberté académique ?

Très attaché au monde étudiant en tant que sénateur promoteur de la proposition de loi visant à instaurer un ticket restaurant étudiant, également secrétaire de la mission d’information sur les influences étatiques extra-européennes dans le monde universitaire et académique français, Jean Hingray est toujours demeuré attentif aux évolutions de l’université française. A en juger par les applaudissements nourris des travées du Centre et de la Droite, il a touché un sujet plus que sensible.

Le constat était d’ailleurs partagé par la Ministre qui, pour autant, ne semble pas disposer des outils suffisants pour maîtriser les excès idéologiques d’une liberté académique dévoyée.

Liens vidéo : http://videos.senat.fr/video.2669160_61b9e94add0c8.seance-publique-du-15-decembre-2021-apres-midi?timecode=3917000