Remiremont – Autres regards sur la semaine de la photographie (3)

Nous poursuivons l’exploration de la semaine de la photographie. Avec en premier lieu une invitation à un voyage dans le Périgord avec Alain Tigoulet. Il s’est intéressé à la photographie, car il la considère « comme un médium ouvert sur le monde ». Elle est surtout révélatrice de ses émotions. Mais le photographe aspire aussi à ne pas laisser indifférent les visiteurs venant découvrir ses clichés.

Le Périgord fait partie de la vie d’Alain Tigoulet et ce, depuis sa tendre enfance. Une terre synonyme de retrouvailles familiales et de vacances, qui continue de lui apporter un sentiment de gaieté et de liberté. Un socle familial au sein duquel il ne se lassait jamais d’écouter les anecdotes de sa grand-mère Aline.

L’émotion périgourdine est le reflet de ses photographies à découvrir à la Médiathèque intercommunale, 1 Place Jules Méline.

Alain Tigoulet invite à une immersion dans le Périgord.

Pour sa part, Vincent Drillon présente les Forêts secrètes. Ce naturaliste-photographe œuvre pour la protection du grand tétras depuis 1983. En suivant les traces de son père, il prend plaisir à photographier la faune, la flore et les milieux naturels. Un cheminement allant des Vosges à la Roumanie.

Vincent Drillon dans l’exploration des forêts secrètes.

Pour Vincent Drillon, le plus important n’est pas la prise de vue, « mais la prise en compte et le respect des espèces photographiées ». Afin de rendre un hommage à Dame nature, il a réalisé un très bel ouvrage intitulé « Forêts Secrètes » à découvrir dans la continuité de son exposition ainsi présentée à l’Hôtel de Ville.

D.P.