4e Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) État + Région : duo gagnant pour l’économie

En lançant le 4ème Programme d’Investissement d’Avenir avec l’État, la Région Grand Est franchit une nouvelle étape de son Business Act en faveur de l’accompagnement et de la transformation des PME, ETI et filières. Le PIA4 est fondé sur trois priorités : accroître la relance (plus de la moitié des fonds), encourager la résilience des territoires, accélérer les transitions écologique, énergétique et numérique.

Le Grand Est officialise aujourd’hui le volet régionalisé de ce programme. Son engagement financier de près de 33,6 millions d’euros est complété par 7,5 millions d’euros de Fonds Feder. Ce budget est doublé par rapport au 3e PIA, soit un potentiel total de 82 millions d’euros, financés à parité par l’État et la Région, en faveur de la relance et de la transformation du territoire.

Les quatre logiques d’intervention du PIA4 Grand Est :

1. Les projets d’innovation. Ils visent à accélérer la consolidation et l’émergence d’entreprises leaders dans leur domaine et pouvant prétendre à une envergure nationale.

Pour cela, l’action d’accompagnement soutiendra des projets ambitieux, portés par des PME et ETI du Grand Est, en particulier dans les défis et moteurs du changement du Business Act (transition écologique, transformation numérique, Industrie 5.0 et santé).

2. Les projets de filières. L’objectif est de renforcer et de modifier les filières stratégiques (recours à des moyens de production ou des infrastructures de recherche partagés, intégration renforcée d’un collectif d’acteurs économiques régionaux au sein d’une chaîne de valeurs à fort potentiel).

3. Les projets collaboratifs de recherche et développement (appel à projets dit iDémo ciblant les consortiums constitués de plusieurs sociétés et acteurs académiques). Ils devront contribuer à faire grandir des entreprises industrielles et de services sur des marchés porteurs, créateurs de valeur et de compétitivité pour l’économie du territoire. Mais aussi prendre part aux transitions énergétique, écologique et numérique.

4. Les projets d’ingénierie de formation professionnelle. Ils devront accompagner les entreprises dans l’anticipation des mutations économiques et organisationnelles grâce au développement de compétences vers les nouveaux métiers et à des solutions novatrices. Les projets répondront de manière directe et efficace au besoin des sociétés, soit par la création d’offres de formation ou d’accompagnement, soit par l’évolution innovante d’offres existantes.

Ces projets réalisés sur la période 20222025 seront soutenus par l’État avec un peu plus de 41 millions d’euros, dont 24,6 millions dans le cadre du plan de relance. La Région assure le même effort financier (via les crédits de la collectivité et les fonds européens dont elle est autorité de gestion). Bpifrance intervient en tant qu’opérateur pour l’instruction et la contractualisation liées aux décisions prises par l’État et la Région. Cela concerne les projets d’innovation, de recherche et de développement ainsi que les projets de filières. Pour les projets d’ingénierie de formation professionnelle, les missions seront conduites par la Caisse des Dépôts.

Bilan du PIA3 :

Les 42 millions d’euros engagés par l’État et la Région Grand Est ont permis de soutenir près de 90 projets :

Au titre des projets d’avenir : 71 projets d’innovation pour un engagement de plus de 20 millions d’euros, dont 30 % sur des programmes d’innovation dans le domaine de l’industrie du futur et 27 % dans la santé.

Au titre des filières d’avenir : 14 projets structurants pour l’animation de filières prioritaires du territoire pour un budget de près de 15 millions d’euros, dont 57 % dans l’industrie du futur, le reste en faveur de projets liés à la santé et à la transition énergétique et numérique.

L’outil d’ingénierie de formation n’étant pas clos, il a permis, à date, de soutenir quatre projets structurants pour près de 3,5 millions d’euros.