Saulxures-sur-Moselotte – Une énorme pollution de la Moselotte au départ de l’usine de la Médelle

 

Mardi 12 avril 2022, les secours ont été appelés aux environs de 16 heures 00. Une énorme pollution aquatique aux hydrocarbures s’est produite dans la Moselotte au départ de l’usine de la Médelle à Saulxures-sur-Moselotte. Celle-ci s’est répandue sur plusieurs kilomètres en aval.

12 sapeurs-pompiers ont été engagés sous la conduite du lieutenant Alain Fleck ainsi que la cellule de risques technologiques venue d’Epinal, les agents de l’Office français de la biodiversité et les gendarmes de la communauté de brigades de Saulxures-sur-Moselotte. Des employés communaux ont également été mobilisés.

Aujourd’hui, près d’une année après l’arrêt de la production, les clés de l’usine de la Médelle restent entre les mains des dirigeants de la SASU Inrest Fiber, installés loin des Vosges. Faute de pouvoir pénétrer à l’intérieur du bâtiment, pour tenter de déterminer l’origine de la pollution, les sapeurs-pompiers ont mis en oeuvre un barrage filtrant afin de stopper la pollution.

Sur place, on notait également la présence de Jérôme Mathieu, premier vice-président de la communauté de communes des Hautes-Vosges, qui est propriétaire des bâtiments occupés par la SASU Inrest Fiber, d’Hervé Vaxelaire, maire de Saulxures-sur-Moselotte, et de Christine Didier, présidente de la société de pêche de Saulxures-sur-Moselotte. Une plainte devrait être déposée par la fédération de pêche des Vosges.

Ce n’est pas la première pollution au départ de l’usine de la Médelle. D’autres s’étaient déjà succédé au début de l’année 2021, durant la période du 6 au 8 janvier.

Dans un jugement prononcé le 9 juillet 2021, le tribunal correctionnel d’Epinal a condamné la SASU Inrest Fiber d’une part, pour avoir rejeté en eau douce ou pisciculture de la substance nuisible au poisson, en l’espèce en laissant s’écouler de l’huile industrielle qui s’est infiltrée dans les sols et dans un canal rejoignant la rivière Moselotte, une pollution commise du 6 janvier 2021 au 8 janvier 2021. Et d’autre part pour l’exploitation d’une installation classée sans satisfaire aux prescriptions générales ou particulières, du 1er janvier 2019 au 8 janvier 2021, en l’espèce en stockant des déchets plastiques à l’air libre et des containers d’huile non posés sur une chape en béton.

Pour le rejet en eau douce ou pisciculture de la substance nuisible au poisson, le tribunal a condamné la SASU Inrest Fiber à une amende de 10.000 euros.

Pour l’exploitation d’une installation classée sans satisfaire aux prescriptions générales ou particulières, le tribunal a condamné la SASU Inrest Fiber à une amende de 7.500 euros.

En tant que partie civile, la Fédération des Vosges pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a également été indemnisée. La SASU Inrest Fiber a été condamnée à lui payer 1.000 euros en réparation du préjudice moral, 1.962,72 euros en réparation du préjudice matériel et 600 euros au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale.

Ensuite, la SASU Inrest Fiber a été placée en liquidation judiciaire le mardi 28 septembre 2021 mais sa direction a fait appel du jugement. Le jeudi 6 janvier 2022, la chambre commerciale de la cour d’appel de Nancy a suspendu l’exécution de la liquidation judiciaire de la SASU Inrest Fiber, en attendant le jugement au fond qui devrait être rendu dans ces prochaines semaines.

D.J.