Saint-Nabord- La commune parmi les pionnières dans la télégestion du réseau d’eau 

Les élus continuent d’investir afin d’assurer un service de 1er rang dans le domaine de la télégestion de son vaste réseau d’eau. Un système très complexe qui permet d’alerter sur la moindre anomalie. Cette télégestion s’applique sur quelques 250 paramètres dont parmi les plus importants les niveaux des réservoirs, le débit, les détections de fuites d’eau, les compteurs ou encore autres débitmètres installés récemment. L’ensemble est contrôlé par radio en continu. Ce printemps, un nouvel investissement de 17.748 € vient d’être engagé par la commune afin de disposer des toutes dernières applications en matière de télégestion du réseau d’eau. 

La télégestion, un système s’appliquant à de multiples informations bien utiles pour le service des eaux. Une assistance surveillée de près au quotidien et qui apporte une foule de données sur la situation permanente du réseau d’eau communal. Une vue générale qui enregistre par exemple les caractéristiques du débit toutes les cinq minutes, une véritable vision sur la consommation journalière enregistrée sur la toute la commune, soit environ 9.000 mètres cube par jour. Autant de données connues et sauvegardées, indique ainsi Jean-Yves Auzène, véritable spécialiste dans le domaine du traitement, de la maintenance et de la télégestion des réseaux d’eau. 

Et concernant le réseau de Saint-Nabord, cet expert le connaît bien puisqu’il en assure le suivi depuis près d’un quart de siècle, une époque où le service des eaux demeurait encore installé rue du centre, avant de rejoindre ensuite les nouveaux ateliers municipaux. 

Cette fois, c’est donc en présence du maire Jean-Pierre Calmels, de Valéry Audinot, adjoint aux travaux, de Pascale Naulin, adjointe à la communication, de Denis Vincent, responsable des ateliers municipaux et bien entendu des trois employés affectés au service des eaux que sont Christophe Gérondi, Eric Luézaz et Mickaël Fischer, que Jean-Yves Auzène a dévoilé et décortiqué les dernières évolutions prises en compte dans le système de télégestion du réseau d’eau. 

Vu la complexité de l’ensemble du réseau d’eau, ce sont autant d’informations nouvelles de 1ère importance qui arrivent en permanence sur les ordinateurs du bureau du service des eaux et permettent, via la supervision « Topkapi », d’enregistrer, de visionner, de suivre et surveiller l’ensemble des installations. Grâce aux courbes, niveaux, débits, compteurs journaliers et de nuit, l’approvisionnement en eau potable de la commune est hautement surveillé et sécurisé, de même que le rendement de l’eau amélioré.

Autant d’applications précieuses ainsi mises en place au service de la production et de la distribution de l’eau potable sur la commune. Une offre composée de cinq stations de neutralisation (Fallières, Grately, Devant Chaumont,  Grésifaing et La Rochotte), d’une station de pompage (La Prairie) et de deux surpresseurs (La Croix-Saint-Jacques et La Feigne des Grèves).  Le traitement de l’eau  est effectué par un traitement à la neutralite pour équilibrer le PH de l’eau  et par une chloration régulée  par des analyseurs de chlore.

La régulation  du remplissage des réservoirs est réalisée via des sondes de niveau analogique et leurs consignes. Le contrôle de la distribution de l’eau se fait en continu par 8 débitmètres  et plusieurs compteurs de production ou de distribution. 

D.P. 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s