Vosges – La sécheresse continue de s’aggraver dans le département

Le Préfet des Vosges a réuni le comité ressources en eau le jeudi 11 août 2022, pour faire un point de la situation avec les différents acteurs du territoire après le passage au niveau « crise » sécheresse sur les bassins de la Moselle, la Meurthe et de la Saône en début de semaines.

L’absence de pluies et les températures élevées de ces dernières semaines font que la sécheresse continue de s’aggraver dans le département.

Les débits des cours d’eau sur l’ensemble du département continuent de diminuer et de nombreux d’assèchements de ruisseaux ou de parties de cours d’eau sont constatés, en particulier sur le massif vosgien. Les nappes d’eau souterraines restent à des niveaux acceptables, hormis sur la montagne.

Certaines collectivités connaissent des difficultés d’alimentation en eau potable ; 3 communes sont actuellement alimentés par des citernes. La situation pourrait s’aggraver dans les prochaines semaines en l’absence de précipitations importantes.

Tous les usagers, particuliers, collectivités et professionnels (entreprises, secteurs agricoles) doivent prendre conscience de la situation et restreindre davantage leur consommation en eau. La préservation de la ressource en eau est l’affaire de tous.

Les arrêtés préfectoraux renforcent provisoirement les mesures de restrictions concernant les usages de l’eau sur les bassins Moselle, Meurthe et Saône du département des Vosges. Dans une logique de solidarité, ils demandent ainsi des efforts supplémentaires à tous les usagers : particuliers, collectivités, entreprises, administrations, exploitants agricoles ou encore exploitants de centrales hydroélectriques.

Dans les zones en situation de crise, les mesures suivantes s’appliquent :

• interdiction du remplissage des piscines et bains à remous à usage privé ;

• interdiction de laver les véhicules chez les particuliers ou dans les stations professionnelles, sauf impératif sanitaire ;

• interdiction de laver les voiries et les trottoirs, de nettoyer les terrasses et façades, sauf raison sanitaire ou sécuritaire ;

• interdiction d’irriguer les cultures.

Pour l’ensemble du département, il est rappelé les interdictions suivantes :

• interdiction d’arroser les pelouses, massifs fleuris et les espaces verts publics ou privés ainsi que les terrains de sport ;

• interdiction d’arroser les jardins potagers entre 9h et 20h ;

• interdiction de réaliser des travaux et rejets dans les cours d’eau.

Toutes ces interdictions s’appliquent, qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels. Elles ne s’appliquent pas s’il est utilisé de l’eau de pluie récupérée.

Les contrevenants s’exposent à des amendes de 1 500 euros à 3 000 euros en cas de récidive. Plus d’une centaine de contrôles ont déjà été réalisées par les services de l’État (OFB, DDT, DREAL, gendarmerie) auprès des collectivités, industriels ou particuliers. Les mesures sont globalement respectées mais plusieurs procédures judiciaires vont être engagées pour les infractions les plus graves. Les contrôles vont s’accentuer dans les jours à venir.

Cette situation montre que notre climat évolue. Jusqu’à présent, le département des Vosges ne manquait pas d’eau. La situation est en train de changer.

Les territoires sont dans une phase de transition qui doit faire l’objet d’une réelle prise de conscience en vue de l’adoption de mesures d’anticipation (récupération des eaux de pluie, désimperméabilisation, évolution des usages et des consommations, etc) et plus seulement de mesures de gestion de crise.

L’eau est un bien commun dont il appartient à chacun de préserver la ressource.