Remiremont – Addiction = perte de Liberté

Sur les ondes de Radio Gué Mozot en fin de semaine dernière, le Docteur Jean-Joseph Maglia, spécialiste en addictologie, était l’invité de l’émission de Michel Gravier « La parole est à Vous ». Comme tous les premiers mardis du mois, la représentante de la LDH section de Remiremont, Christiane Thiriat, était également présente.

Une émission qui laissait apparaître la nécessité de faire soigner ses dépendances et surtout de se faire suivre par des professionnels de la santé. « Les dépendances sont d’ordres multiples, si on prend la nicotine, les femmes y sont plus accros que les hommes, et lorsqu’elles sont enceintes les conséquences sont importantes pour le bébé à naître. Plus vite on se sauve de cette dépendance, mieux c’est. L’addiction à l’alcool a des conséquences : d’une part sociales, et d’autres parts, sur la santé des consommateurs, 30 % d’entre eux verront un jour des répercussions sur leur vie familiale et autre, sans compter les répercussions sur leur santé. Aujourd’hui à l’hôpital, des gens meurent des conséquences de l’alcool, d’autres sont mis sous tutelle car il ne leur est plus possible de s’autogérer. Un traitement et un suivi sont nécessaires pour cesser de boire » a souligné le spécialiste avant de parler des drogues dites « dures ».

L’héroïne amène une dépendance très rapide, une semaine suffit pour en être dépendant. Dans les années 90, les consommateurs avaient l’impression pendant un moment de retrouver leur liberté « alors qu’ils sombraient dans la dépendance ! Certains s’en sortent mais il leur faut des traitements réguliers, qui leur permettent de vivre normalement et un accompagnement thérapeutique. Il faut bien garder en tête que le malade doit garder son traitement à vie, car le risque de rechute est toujours important avec risque d’overdose car le corps s’est déshabitué à la substance ».

La cocaïne ou crac, rend le consommateur surexcité, il ne tient plus en place, se sent hyper performant et veut toujours recommencer pour retrouver ces sensations. « La cocaïne s’est démocratisée, elle arrive partout dans les Vosges, alors qu’auparavant on la trouvait essentiellement sur Paris et région Parisienne. C’est une catastrophe qui touche les Vosges. Le consommateur a une sensation de toute puissance qui intervient au niveau du cerveau, c’est une dépendance psychologique de force. Il faut trouver de la coc très vite pour supprimer le mal être qui s’installe après avoir fumé ! L’arrêt de la coc peut provoquer de grosses dépressions… Attention, quand on a des enfants et des petits-enfants et que l’on les pousse en tout temps à se surpasser, on prépare ce terrain ! Dans certains pays, on prépare ce que l’on appelle le ‘psycho social des maternelles’ (Suisse, Belgique), on apprend aux enfants à dire NON ‘je dois apprendre à faire des choses et à assumer ces choix » souligne Jean-Joseph Maglia, en précisant que « tous les milieux sociaux sont touchés par les addictions ».

Les gaz en cartouche ! Attention danger, les composants ont des conséquences sur la santé et les neurones, pouvant entraîner des paralysies !

Le cannabis : un joint = 5 à 10 cigarettes avalées en même temps ! Chez la femme enceinte, il provoque des défauts de migrations des neurones.

Des structures d’accompagnement existent, elles ont un rôle important. CCAA – CMP – CSST – CSAPA – Entraide alcooliques anonymes.

C.T.

Une conférence organisée par la Ligue des Droits de l’Homme est prévue le vendredi 23 septembre 2022, à 20 heures 00, au centre culturel Gilbert Zaug de Remiremont. Conférenciers : docteur Jean Isserant et Aghate Laine, psychologue spécialisée addictions. Entrée libre (chapeau).