Vosges – Quatre individus mis en examen pour vol avec arme de poing

Le 14 mars 2022 à 20 heures 12, des individus pénétraient dans le supermarché à l’enseigne Vosges Market Cinar situé 32, Avenue de Verdun à Saint-Dié-des-Vosges, après l’heure de fermeture du magasin par la porte de service. Ils menaçaient avec une arme de poing la femme de ménage qui travaillait seule sur le site et la violentaient. Elle était aussi ligotée et bâillonnée. Les malfaiteurs fouillaient le local et dérobaient un tiroir métallique renfermant de la monnaie. Ils s’emparaient également de 120 euros en numéraire appartenant à la femme de ménage.

La DTPJ de Nancy sollicitait sa saisine auprès du parquet d’Épinal.

Les enquêteurs du service se transportaient immédiatement sur les lieux et des constatations étaient effectuées avec l’assistance du SRPTS de Nancy.

La poursuite de l’enquête sur commission rogatoire, en co-saisine avec la BSU de Saint-Dié-Des-Vosges, notamment les importantes investigations techniques et génétiques, permettait d’orienter l’enquête vers une équipe de malfaiteurs parisiens et déodatiens.

Quatre personnes étaient interpellées simultanément et sans incident le 4 octobre 2022 avec le concours de l’OCLCO, de la BRI Nationale et le soutien de la DTPJ de Rouen et du SPJ Bayonne.

Le véhicule Opel Zafira avec des jantes caractéristiques utilisé pour la commission des faits était retrouvé entre les mains d’un gardé à vue. A son domicile étaient également découverts 2 kilogrammes de pièces de monnaie. Une autre somme d’argent était saisie chez un autre gardé à vue.

Les investigations permettaient d’établir leurs participations respectives.

Les 4 mis en cause étaient écroués le 7 octobre 2022 à l’issue de leur garde à vue respective en vertu de mandats d’amener délivrés à leur encontre par la magistrate instructrice du Tribunal judiciaire d’Épinal, et en vue de leur présentation à son cabinet programmée le 10 octobre 2022.

Le 10 octobre 2022, ils étaient mis en examen pour vol avec arme en bande organisée, détention et séquestration d’un otage en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime. Le magistrat instructeur sollicitait leur placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention plaçait trois des mis en examen en détention provisoire, un quatrième était incarcéré provisoirement dans l’attente d’un débat.  

Il est important de souligner le travail remarquable des enquêteurs de la Police Judiciaire dans ce dossier, leur mobilisation sans faille tant sur plan humain qu’organisationnel.

Ce dossier illustre une nouvelle fois l’efficacité d’un service de Police Judiciaire dédié à compétence élargie, pour permettre de traiter des dossiers complexes.