Le Syndicat – A Julienrupt, la tombe d’un soldat de 1870 restaurée

L’association des Amis de la vallée de Cleurie et Monsieur le Maire du Syndicat ont organisé le 8 octobre dernier une manifestation pour marquer la restauration de la tombe du soldat Pierre Jacquet décédé à Julienrupt le 25 décembre 1870 et inhumé dans le cimetière du village.

L’inscription sur la stèle : « A un enfant de la Patrie qui a sacrifié sa vie » indique que Pierre Jacquet était un soldat qui fut victime de la guerre de 1870. Elle précise qu’il serait né à Lyon en 1854.

Les recherches menées par Jean Pierre Defranoux ont permis de retrouver la trace d’un nommé Pierre Jacquet, né le 23 janvier 1854 à Lyon de parents qui exerçaient le métier de tisseur.

Né dans un milieu ouvrier, il se serait engagé dans l’armée afin de participer à cette guerre menée en 1870 par la France contre les Etats allemands.

L’acte de décès dressé le 26 décembre 1870 par le Maire du Syndicat indique qu’il était âgé de 22 ans, ce qui est en contradiction avec la mention portée sur la stèle d’une naissance en 1854. Il se serait donc engagé dans l’armée en mentant sur son âge réel, qui n’était que de 16 ans.

Cet acte de décès donne quelques indications sur les circonstances de sa mort. Il était un soldat de l’Armée du Rhin, qui fut fait prisonnier par l’armée prussienne. Il se serait alors évadé afin de rejoindre l’armée française. C’est peut-être à cette occasion qu’il aurait été blessé.

Parvenu à Julienrupt, il a été accueilli à l’auberge tenue par les époux Gérard, auberge qui se trouvait là où est implantée actuellement la boulangerie Haxaire. Dans cette auberge, était logée l’institutrice Mélanie Cointain. C’est celle-ci qui a pris en charge Pierre Jacquet jusqu’à sa mort.

Il convient de remercier Jean Pierre Defranoux qui a attiré l’attention sur cette tombe remarquable du soldat Jacquet. Il a établi que l’Union patriotique du Rhône a lancé à la fin du XIXème siècle une souscription afin d’honorer la mémoire des soldats lyonnais tombés lors de la guerre de 1870. C’est probablement à la suite de cette initiative que fut érigé ce beau monument.

Au printemps de cette année 2022, la stèle du soldat Jacquet a été mise à terre, probablement à la suite d’intempéries et gisait dans la boue accumulée par les pluies.

Lors de l’assemblée générale de l’association des Amis de la vallée de Cleurie du 9 juillet 2022, il a été décidé de relever cette tombe. Cette association, depuis près de 50 ans, s’est en effet donné pour but de préserver le patrimoine de la vallée et de rappeler les épisodes les plus marquants de l’histoire de ses villages.

Il importe en effet de manifester respect et considération aux soldats tombés lors des guerres menées par la France tant au XXème siècle qu’au cours du XIXème siècle. Et puisque le destin a fait mourir le soldat Jacquet dans la vallée de Cleurie et l’a fait reposer dans le cimetière du village, il appartient aux actuels habitants d’honorer sa mémoire et de perpétuer son souvenir.

Enfin la triste destinée du soldat Jacquet évoque une page de l’histoire de Julienrupt en mettant en scène l’institutrice du village, Mélanie Cointain, qui l’a hébergé. Une école de filles, à la charge de la commune de La Forge, avait en effet été établie à Julienrupt dans les locaux de l’auberge des époux Gérard. Le rez-de-chaussée de cette maison était affecté au logement de l’institutrice et la classe se tenait à l’étage.

Pour restaurer cette tombe, l’entreprise Mougel de Bémont a été sollicitée. Les travaux ont été rapidement réalisés. Le socle a été consolidé et la stèle a été nettoyée. C’est ainsi que cette sépulture a retrouvée le lustre qu’il convient pour rendre hommage à ce soldat inhumé dans le cimetière du village.