Disparition du Général De Gaulle le 9 novembre 1970 : une émotion particulière en Grand Est

Cela fait 52 ans que le général de Gaulle, premier Président et fondateur de la Vème République, est décédé dans sa demeure de La Boisserie, à Colombey-les-Deux-Eglises, pour autant sa mémoire est toujours vivante.

« Etre présent à cette commémoration est une évidence pour moi, pour honorer la mémoire du général de Gaulle, continuer son combat pour défendre les valeurs de notre pays, la grandeur de la France. Il demeure une des figures centrales de notre histoire, c ’est un honneur et un devoir que de perpétuer son souvenir », a déclaré Jean Rottner.

Un homme du Grand Est

Que Charles De Gaulle ait choisi de reposer dans ce petit cimetière de Colombey souligne l’attachement qui était le sien pour son village haut-marnais, et, plus largement, pour l’Est de la France.

C’est dans l’Est qu’il avait combattu en 1916 (à Verdun), tout comme en 1939-40, à Wangenbourg pendant la « drôle de guerre ».

C’est dans l’Est qu’il fut affecté, en 1937, au commandement du 507ème Régiment de Chars de Combat de Montigny-lès-Metz. En 1944, à Erstein, petite ville d’Alsace à peine libérée, qu’il préféra célébrer la messe de Noël.

C’est dans l’Est qu’il venait passer ses vacances avec son épouse, dont la famille possédait un château à Sept-Fontaines dans les Ardennes.

C’est dans l’Est qu’il avait décidé d’habiter en achetant La Boisserie en 1934 où il écrivit plus tard ses mémoires.

C’est dans l’Est, à Strasbourg, qu’il lança son seul mouvement politique, le Rassemblement du Peuple français, en 1947.

C’est dans l’Est qu’il a initié la réconciliation franco-allemande en accueillant le Chancelier allemand Konrad Adenauer à La Boisserie le 14 septembre 1958, puis en célébrant la réconciliation dans la cathédrale de Reims en 1962.

Une politique régionale mémorielle forte

Afin de perpétuer le devoir de mémoire et de protéger le patrimoine historique de son territoire, la Région Grand Est a mis en place de nombreux dispositifs, parmi lesquels :

– la Collectivité souhaite que chaque lycéen puisse acquérir des connaissances historiques permettant de développer la curiosité et l’ouverture d’esprit par des projets culturels et artistiques, de recherches, et de voyages d ’études, en lien avec le devoir de mémoire,

– un soutien aux projets culturels, commémoratifs et événementiels relatifs à la mémoire des conflits : la Région accompagne les initiatives présentant un rapport direct et fort avec la commémoration des conflits armés des I9ème et 20ème siècles sur le territoire,

– un soutien au tourisme de mémoire pour faire émerger une offre touristique et mémorielle d’excellence à l’international et favoriser la transmission de ce patrimoine aux générations futures,

– la sauvegarde du patrimoine régional, en finançant et soutenant des projets emblématiques et lieux d’histoire dans tout le Grand Est.