Circulation importante des virus hivernaux en Grand Est : protégeons-nous

Les virus hivernaux (bronchiolite covid-19, grippe…) commencent à circuler de manière intensive en Grand Est. Dans ce contexte, l’ARS rappelle que l’application des gestes barrières est le premier rempart contre toutes les épidémies hivernales et que les vaccinations contre le Covid-19 et la grippe demeurent des armes de protection efficaces.

Situation épidémique en Grand Est.

Les épidémies saisonnières hivernales sont de retour comme chaque année avec un impact important sur notre système de santé. Selon Santé publique France, la région Grand Est fait face, comme toutes les autres régions métropolitaines, à une épidémie de bronchiolite précoce et intense. En semaine 45 (7-13 novembre), la bronchiolite représente 23% de l’activité pédiatrique (enfants âgés de moins 2 ans) des structures d’urgences des établissements de santé et 13% des associations SOS Médecins. Si la bronchiolite est une maladie fréquente chez les jeunes enfants et qui guérit spontanément dans la majorité des cas, elle peut parfois nécessiter une hospitalisation. En semaine 45, 173 cas ont dû être hospitalisés. Ces niveaux sont comparables, voire dépassent désormais, ceux observés lors de l’épidémie de l’hiver 2018-2019, la plus importante observée sur la dernière décennie.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de la situation des infections respiratoires hivernales dans le point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France.

Contre les virus hivernaux, respectons les gestes barrières…

Face à la circulation de l’ensemble des virus hivernaux, en particulier la bronchiolite et la grippe, le respect des gestes barrières est plus que jamais essentiel. En effet, la crise sanitaire de Covid-19 a démontré que les mesures barrières, largement appliquées par les adultes l’hiver dernier, protégeaient efficacement les jeunes enfants des virus de l’hiver.
C’est pourquoi cette année encore, pour prévenir les contaminations de bronchiolite, il est fortement recommandé de continuer à respecter les mesures barrières, d’autant que les adultes et les grands enfants qui sont porteurs de ces virus respiratoires, n’ont habituellement aucun symptôme ou ont juste un simple rhume.

Porter systématiquement le masque en cas de symptômes (fièvre, toux) doit rester un réflexe pour chacun de nous pour protéger les autres.

Le port du masque est hautement recommandé et nécessaire dans les situations de grande promiscuité, dans les lieux clos et mal ventilés, comme les transports en commun, et en particulier en présence de personnes fragiles, ainsi que pour les personnes les plus vulnérables.

Pour continuer de prévenir la diffusion des virus, il est recommandé d’aérer les pièces et de se laver les mains régulièrement.

Et continuons la vaccination.

Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 et la grippe se poursuivent. Plus d’un mois après le lancement de l’ouverture de la vaccination automnale contre le Covid-19, la couverture vaccinale des personnes éligibles est encore insuffisante : 1.7M de personnes sont éligibles en Grand Est et c’est seulement 126 000 rappels automnaux effectués entre le 1er octobre et le 13 novembre. Il est donc primordial de poursuivre nos efforts sur la vaccination.

Les vaccins contre le Covid-19 protègent contre la maladie en réduisant le risque de faire une forme grave et de développer des séquelles et des formes prolongées. Ils ralentissent également la diffusion du virus et permettent donc de protéger son entourage.

La campagne automnale de rappel vise prioritairement les personnes les plus vulnérable et exposées :

 Les personnes âgées de 80 ans et plus ;

 Les résidents d’EHPAD et USLD quel que soit leur âge ;

 Les personnes de 60 ans à 79 ans ;

 Les personnes immunodéprimées quel que soit leur âge ;

 Les personnes souffrant d’une ou plusieurs comorbidités ;

 Les femmes enceintes, dès le premier trimestre de grossesse ;

 Les personnes vivant dans l’entourage ou en contact régulier avec des personnes immunodéprimées
ou vulnérables, dont les professionnels des secteurs sanitaires et médico-social.

La seule condition à remplir pour les personnes ciblées est d’avoir un schéma initial complet, peu importe le nombre de rappels reçus.

Tous les lieux de vaccination sont indiqués sur le site sante.fr.

Quand faire la dose de vaccin automnale ?

 Dès 6 mois après la dernière injection pour toutes les autres personnes éligibles. En cas d’infection récente au Covid, le rappel est recommandé dès 3 mois après l’infection, en respectant un délai minimal de 6 mois après la dernière injection.

 Dès 3 mois après la dernière injection ou infection pour les personnes âgées de 80 ans et plus, ainsi que pour les résidents en EHPAD, USLD et résidences autonomies et les personnes sévèrement immunodéprimées, quel que soit leur âge ;

Pour éviter une épidémie de grippe sévère cet hiver, il est recommandé de coupler la vaccination contre le Covid 19 avec celle contre la grippe saisonnière. Les deux injections peuvent être pratiquées en même temps ou à n’importe quel intervalle.

La vaccination contre la grippe saisonnière est fortement recommandée pour les personnes les plus vulnérables (personnes âgées de 65 ans et plus, femmes enceintes, personnes atteintes de certaines maladies chroniques, personnes obèses ayant un Indice de Masse Corporelle supérieur ou égal à 40).

La vaccination des soignants et des professionnels en contact régulier avec des personnes présentant un risque de grippe sévère est également recommandée. Elle présente pour eux un intérêt individuel, mais également collectif en
permettant une protection indirecte de leurs patients.

Toutes les informations concernant la vaccination sont disponibles sur le site vaccination-info-service.fr.

Avant de me rendre aux urgences, j’appelle le 15.

Avec la reprise des épidémies hivernales, notamment la bronchiolite, avant de se rendre aux urgences pédiatriques ou adultes, gardons les bons réflexes pour ne pas saturer les services d’urgences.

Le premier réflexe doit amener à contacter son médecin traitant. En cas de situation particulièrement inquiétante, contactez le SAMU-Centre 15.

Les médecins régulateurs sont à la disposition des appelants et leur apportent une réponse médicale adaptée, allant du conseil à la gestion d’urgence.