Bussang – Salle comble pour la réunion sur les funérailles dans la vallée de la Moselle

A la suite du courrier de décembre 2022, reçu de la Paroisse Ozanam de Le Thillot avisant plusieurs communes, dont Bussang, qu’à partir du premier janvier 2023, les célébrations des funérailles se dérouleront uniquement dans les églises de Le Thillot et de Rupt-sur-Moselle, le maire de Bussang, Bachir Aïd, a organisé une réunion publique le 11 janvier 2023 dans la salle des fêtes comble, en présence des Pères Clément et Piotr et de tous les Maires de la vallée.

Les Pères ont fait leur « mea culpa » comme quoi ils auraient certainement dû aviser les maires avant d’envoyer un tel courrier.

C’est le manque de personnel qui leur a fait prendre cette décision. L’arrêt de ses fonctions de préparatrice de cérémonies funéraires, pourtant annoncé, d’Huguette Briot (chaudement applaudie par l’assemblée présente) âgée de 90 ans, fait suite à d’autres départs et de futurs sont à prévoir. Cela ne rend plus possible l’organisation d’obsèques dans tous les villages.

Les mariages et baptêmes sont programmés et donc insérables dans un planning chargé, ce qui n’est évidemment pas le cas d’un décès.

Il est désormais nécessaire de renforcer l’équipe existante avec des croyants qui se porteraient volontaires pour une formation de quatre mois. Quatre mains se sont levées dans l’assemblée afin d’assurer les cérémonies sur Bussang. Il n’est cependant pas de la volonté de ces quatre personnes de faire partie d’une équipe obligatoirement volante, qui tournerait sur toutes les communes, comme souhaité par les Pères. Douze volontaires sont nécessaires pour couvrir toute la vallée. Combien commune par commune ?

Au-delà des problématiques matérielles, distances à parcourir, parkings, allers et retours des entreprises de pompes funèbres…. il est bien difficile pour les familles endeuillées de se passer de la présence d’un Père lors de funérailles, mais comment faire autrement ?

La communauté chrétienne n’a guère d’autres choix que de prendre en main la situation. Les deux prêtres vont donc déployer en interne une communication sur ce sujet crucial. Une réunion publique, même si elle se déroule dans le respect mutuel, comme dans le cas présent, ne peut être le cadre d’échanges en lien avec les convictions personnelles de chacun.