Remiremont – Luna Millotte, la danse pour véritable passion !

Du haut de ses 19 ans, la jeune romarimontaine vit sa passion pour la danse. Un art qui l’a mis en éveil dès l’âge de 4 ans, alors qu’elle regardait à la télévision les chorégraphies de Michael Jackson dont elle était fan.

Fan de sa musique et du bonheur qu’il procurait de par son expression scénique qui m’emballait à chaque émission” ainsi qu’elle le traduit, le regard pétillant. Une période où la petite fille qu’elle était avait entendu parler des spectacles donnés dans la cité des chanoinesses par la Danse Moderne Académy (DMA). “Alors, j’ai embêté maman pour qu’elle m’inscrive à l’association pour suivre les cours de danse”.

Un vœu qui fut facilement exaucé par maman Céline, elle même aujourd’hui fière de sa fille Luna qui souhaite plus que tout percer dans le métier. Voici en effet quinze années que Luna évolue au sein des différents groupes de la DMA, se perfectionnant dans tous les styles de danse allant du moderne au hip-hop, en passant par le street ou encore le lyrique.

La jeune danseuse en profite pour remercier ses différents coachs : Prisca, Pierre Jacquot ou encore Angélique Vernet, la directrice artistique de la DMA. C’est d’ailleurs avec cette dernière que Luna évolue actuellement, tout en précisant : “j’adore apprendre tant de choses et mon souhait consiste à devenir une véritable polyvalente dans le domaine de la danse”.

Luna a participé aux différentes éditions du Trophée Rémy Raymond, soulignant au passage : “pour moi, il était important d’accepter les observations, voire les critiques constructives des juges. Ces auditions m’ont également apporté un vrai moment de partage avec les participant(e)s”. Luna Millotte a par ailleurs mis un point d’honneur à participer aux tournages des différents clips relatifs aux activités extérieures de la DMA.

Elle vise une école en Corée du Sud et à un devenir de maquilleuse

C’est une véritable passion qui anime la jeune romarimontaine qui envisage sereinement progresser : “j’ambitionne de pouvoir devenir une danseuse professionnelle et dans ce cadre, mon souhait serait d’accéder à une école établie en Corée du Sud, car je suis très fan de K’Pop, associant plusieurs genres musicaux” (en l’occurrence dance-pop, pop ballad, ou encore électronique).

C’est aussi en évoquant la Corée du Sud que Luna exprime son rêve de pouvoir voyager et approfondir toute sa passion pour la danse. “La danse est un moyen de partage et de communication, je souhaite m’y investir tout en percevant l’avenir, souhaitant ainsi passer le flambeau de cette passion à la génération qui me suivra”.

Assurément, à 19 ans, la jeune Romarimontaine garde la tête sur les épaules. Et si la danse s’inscrit comme une passion incontournable, elle ne s’interdit pas d’y associer une autre activité, celle de pouvoir travailler sur des plateaux de télévision en tant que maquilleuse. Une vision consistant à rencontrer des stars pour celle qui sait prendre soin d’elle… Ses proches ami(e)s ne diront pas le contraire.

Il est sûr que pour Luna, la DMA fait aujourd’hui figure de bon tremplin. Elle en remercie au passage sa maman Céline, qui s’est également impliquée dans l’association, tout comme son papa Sébastien, intervenant en tant que régisseur lors des spectacles et prestations extérieures.

Bon parcours à toi, Luna, il est évident que ta voie est toute tracée…

Denis Philippe.