Remiremont judo – Stany et Olivier Lina prennent du galon

Comme un cadeau de fin d’année bien mérité, les deux entraîneurs de judo Stany et Olivier Lina se sont vu valider le 4eme DAN. C’est à Besançon et au terme d’une longue et rigoureuse préparation que les deux partenaires d’entraînement sont allés chercher ce grade supplémentaire. Un grade très convoité dans cette discipline martiale puisqu’il est considéré par les spécialistes comme un  « Haut Grade ». Cette reconnaissance qui atteste d’un grand niveau de maîtrise technique et de qualité combative importante ne s’obtient pas sans effort, loin s’en faut.

En effet, il faut pour y prétendre affronter de multiples combattants afin de cumuler plus de 100 points en compétition ; partie vite remplie par Stany et Olivier qui sont encore tous deux des compétiteurs chevronnés participants régulièrement aux Masters Mondiaux pour y monter sur le podium ou s’inscrire brillamment dans le TOP 5.

Mais c’est sur un exercice épineux de démonstration technique, appelé KATA que Olivier et Stany durent s’acharner. Et après de longue et nombreuse séances de travail, c’est dans la cité Bizontine et devant des très hauts gradés de (5eme ou 6eme Dan) qu’ils sont allés démontrer leur valeur technique. Au terme d’une prestation de près d’une heure, ils furent finalement adoubés et sont entrés dans le cercle très restreint des « haut gradés ».

C’est ensuite au sein de leur club et après un entraînement collectif entre amis ceintures noires qu’ils se sont de bonne grâce pliés au rituel « des chutes », qui consiste à accepter la chute en générale impressionnante imposée par les judokas plus anciens ayant le même grade. Dans le langage trivial, les judokas appellent cela « se faire coller un tapis dans le dos. ». Dans cette séance, Mikaël Bussières, le cadre technique de Remiremont Judo et Gérardmer Judo, n’a pas manqué de rappeler comme le veut la coutume, des anecdotes sportives, croustillantes à souhait sur le parcours de judoka des deux heureux 4eme Dan.

A leur tour, dans des petits discours improvisés mais très poignants, Olivier et Stany ont rappelé l’importance des valeurs du code moral du judo ainsi que l’impossibilité de réussir sans l’« entraide et la prospérité mutuelle » qui règne au sein de ce groupe de judokas.

Pour sûr que nombre de leurs jeunes élèves y ont trouvé également une nouvelle source de motivation dans leur progression vers des grades supérieurs.

Quelques bulles festives dans des coupes ont bien sûr permis de clôturer dans la convivialité cette belle page de leur carrière de judokas.

Le prochain rendez-vous a été à nouveau sur les tatamis puisqu’ils sont allés défier à Lille le mois dernier les meilleurs judokas nationaux dans un tournoi qui s’est annoncé de haute lutte. Au terme de la compétition ils ont gravi les marches du podium, pour recevoir chacun la médaille de bronze.

Article participatif de Yann Robischung.