Remiremont – Une année galère à l’étang de la Demoiselle

Lors de l’assemblée générale de la société de pêche, la gestion de l’étang de la Demoiselle a laissé apparaître un déficit de 76,95 €.

En terme de cartes, « nous avons une diminution de 29 cartes annuelles et 15 cartes journalières, l’achat d’une débroussailleuse pour 779 €, l’achat de paille, plastique, la remise en état de la pompe à eau, tuyau PVC, essence » a indiqué le président Alain Mangel.

2018 fut « une année galère au niveau de l’eau, un étang vraiment bas toute l’année et c’est pour cela que le nombre de cartes de pêche a baissé ».

La société a ouvert tous les jours la pêche à partir du premier juin jusque fin septembre, une pêche aux leurres artificiels a été autorisée à partir du 1er septembre, « beaucoup de brochets ont été capturés c’était la solution pour en éliminer cela à fait plaisirs aux pêcheurs, je pense que nous le renouvellerons cette année ».

Le gros souci est provenu de « l’eau, une sécheresse qui a duré longtemps, beaucoup de problèmes, quoi faire, l’arrêté préfectoral qui a duré jusqu’au 25 décembre avec interdiction de vider les étangs, le conservatoire des sites lorrain avec qui nous sommes partenaires m’a interdit lui aussi de vider l’étang, il suivait l’arrêté préfectoral. Il a fallu prendre une décision dans l’urgence, j’ai réuni le bureau sur place le 10 octobre et nous avons décidé d’attendre quelques jours par rapport au niveau d’eau ».

Le 12 octobre, « il restait 2 petites mares, une à l’entrée et l’autre du côté de chez Mme Bonnard, c’est là que nous avons fait une pêche de sauvetage. Après avoir été chercher un filet à la fédération de pêche des Vosges, nous avons ramassé 85 brochets de toutes tailles, 27 perches, 7 tanches et environ 5 kilos de gardons que nous avons déversé dans les étangs de Vecoux et Saint-Nabord. Mais l’étang baissait toujours et il ne nous était pas possible de marcher dans l’eau car la vase était importante à la deuxième digue, c’est pour cela que nous avons décidé de mettre un bac et confectionner une réserve d’eau en cas de mortalité j’aurai pris le risque de vider l’étang ».

Selon Alain Mangel, « cela n’a sans doute pas plus à un individu, je pense que c’est un intelligent qui nous a vidé le bac le 27 octobre, j’ai même fait une main courante au commissariat. Il a fallu de nouveau le remplir avec tout le travail que cela représente, je peux vous dire que tous les jours nous avons surveillé le niveau d’eau, car au plus profond il y avait environ 40 cm. Et surtout de l’avis de certains, il y avait au moins 500 kgs de poissons encore dans l’étang, enfin après plusieurs jours d’attente, je dirai même quelques semaines. L’eau de l’étang a remonté tout doucement. En ce moment, il manque environ 40 centimètres, j’espère qu’il sera plein pour l’ouverture ».

Le président a « remercié M. Demange et M. Audoux, pour le travail qu’ils ont fait toute l’année en surveillance, les poubelles et l’entretien de l’étang ».

Il a rappelé « qu’il est interdit d’amorcer à l’étang de la Demoiselle et là je suis intransigeant. Une personne a été prise en train d’amorcer, sa carte lui a été retirée sur le champ et j’aurai pu le signaler au conservatoire des sites lorrains qui était en droit de lui dresser un procès-verbal. Comme vous le voyez, j’ai été confronté à pas mal de problèmes cette année ».

PROJETS POUR 2019.

Ouverture le dimanche 14 Avril à 7 heures, « juste un petit rappel, l’étang est ouvert le samedi, dimanche, lundi et jours fériés, il est ouvert tous les jours à partir du 1er juin. Le prix de la carte 25 euros (2 cannes) reste inchangé depuis 2005, c’est-à-dire 14 ans, carte journalière 5 euros (2 cannes) à partir du 1er mai, carte jeune moins de 16 ans 15 euros (2 cannes) 7 euros (1 canne) moins de 12 ans gratuite. S’il y a toujours de l’eau, nous autoriserons la pêche au leurres artificiels à partir de 1er septembre ».

ALEVINAGES :

Alain Mangel a conclu : « Nous mettrons 150 kg de truites arc en ciel pour l’ouverture, 150 kg pour le 3 mai. Comme nous n’avons pas pu faire d’alevinage à l’automne, j’ai vu avec notre pisciculteur qui nous livre habituellement nous ferons un alevinage vers le 15 mars en espérant qu’il sera dégelé, 100 kgs de carpes, 150 kgs de gardons et 50 kgs de tanches ».

Photographies : Jean-Claude Olczyk.

Publicités