Le Val d’Ajol – Trois jours de liesse sous le signe de l’andouille

La cité ajolaise se prépare à accueillir des milliers de visiteurs les 16, 17 et 18 février dans le cadre de sa célèbre foire annuelle. L’andouille y sera naturellement reine, mais pas que… Les animations y seront multiples avec marché aux puces, marché gourmand, salon du livre régional, salon de l’automobile, concours de la meilleure tourte, défilé costumé avec chars et musiques et bien évidemment le grand marché forain du lundi s’accompagnant cette année du 54ème chapitre de la Docte, Insigne et Gourmande Confrérie des Taste-Andouilles et Gandoyaux du Val d’Ajol. Pour la petite histoire, il est bon de rappeler que cette foire avait été légitimée sous le règne de Louis Philippe, par ordonnance royale du 6 août 1831 et ainsi fixée au 3ème lundi de février. La dénomination « foire aux andouilles » fut fixée par arrêté préfectorale du 5 octobre 1866. Place aux réjouissances…

Samedi 16 février – La Journée des Confréries. Moment consacré à l’accueil des confréries gastronomiques et vineuses du Grand-Est ou d’ailleurs. Un chapitre spécial leur est dédié avec de nouvelles intronisations au sein des Taste-Andouilles. Ce cérémonial a lieu à 11 h devant la salle des fêtes.

Un grand marché aux puces est organisé de 8 h à 17 h sur les places de la ville. De même qu’un marché gourmand de 10 h à 18 h sous chapiteau, Place du Sô.

Dimanche 17 février – Le Val d’Ajol fait sa parade. Le marché gourmand se poursuit de 10 h à 18 h Place du Sô. De 10 h à 18 h, à l’Hôtel de Ville, se tiendra le traditionnel Salon du Livre Régional. Il s’agira cette année de la 21ème édition avec une vingtaine d’auteurs venant de Lorraine et de Franche-Comté et présentant contes, romans, livres documentaires d’inspiration et de styles divers. L’occasion aussi d’admirer le travail d’un artisan du livre, relieur de métier.

En journée, Salon de l’Automobile sur toutes les places de la cité ajolaise avec exposition de voitures neuves et d’occasion. Egalement et en nouveauté, concours de la meilleure tourte à l’andouille du Val d’Ajol à la salle des fêtes. Ouvert aux professionnels des métiers de bouche et aux amateurs de cuisine. Ils devront présenter une tourte de 24 cm de diamètre avec au minimum 50 % d’andouille du Val d’Ajol. Remise des prix vers 17 h 30.

A 15 h, défilé costumé dans les rues au départ de l’ancienne gare. Organisé par le Comité de foire et d’animations, le défilé aura pour thème cette année « Les Créatures mystérieuses et légendaires. Les associations participantes mettront en application leur imagination débordante. Défilé composé de 16 chars et de 6 groupes de musique (Les Grognards, l’Harmonie de Basse-Sur-Le-Rupt, Les Spatzawaggis, Les Sans Pistons d’Eloyes, les Sonneurs du Lion et Rock Live). De l’ancienne gare, le cortège rejoindra la place du Sô, l’Église, puis remontera la Grande Rue et la rue du Prieuré d’Hérival.

Lundi 18 février – Grand marché forain toute la journée au coeur du Val d’Ajol. Avec une multitude d’exposants. Le marché gourmand se poursuivra de 10 h à 18 h sous chapiteau Place du Sô. A 11 h, rendez-vous avec le 54ème Chapitre de la Docte, Insigne et Gourmande Confrérie des Taste-Andouilles et Gandoyaux du Val d’Ajol.

Un grand moment aussi pour le public nombreux qui se pressera le long du défilé conduit par le Grand Dépendeur assisté du Maître des Archives, du Chancelier Hérault, du Conservateur du Musée et du Hallebardier. Plusieurs dizaines de nouveaux intronisés viendront rejoindre la joyeuse cohorte désormais forte de plus de 2.000 membres disséminés de par le monde. L’on en recense effectivement au Japon, au Canada, au Maroc, en Allemangne, Belgique, Luxembourg, Pays Bas et Suisse. La journée de lundi sera par ailleurs marquée par l’attribution du 52ème prix Littéraire de l’Andouille. Un concours ouvert aux écrivains de la langue françaises (des enfants des écoles aux académiciens). Après examen des textes par le jury, le grand Dépendeur de la Confrérie des Taste-Andouilles proclamera le palmarès.

La célèbre andouille du Val d’Ajol a depuis longtemps franchi les frontières. C’est dire qu’il faudra se serrer les coudes pour trouver à la déguster dans les restaurants de la ville et les auberges des environs !

Article participatif de Denis Philippe.