La revitalisation de 22 bourgs-centres dans les Vosges

Comment redonner envie d’habiter, d’investir, de consommer et profiter des centres villes ? C’est une enjeu d’attractivité et d’équilibre pour les Vosges.

Ce 27 juin 2019, la commune de Raon l’Etape inaugure sa démarche de revitalisation de Bourgs-Centres en présence de Pierre Ory, Préfet des Vosges, François Vannson, Président du Département des Vosges, David Valence, Président de la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges et Benoît Pierrat, Maire de Raon l’Etape.

Ce dispositif avait été dévoilé par François Vannson et Pierre Ory, le 22 juin 2018. Ils avaient tous deux lancé officiellement la « revitalisation des bourgs-centres » en signant les conventions liant l’État, le Département et les communes de Bruyères, Darney, Rambervillers, Raon-l’Etape et Xertigny, les cinq lauréates retenues à l’issue du
premier appel à projets. Retour sur un dispositif ambitieux dont les objectifs sont au coeur du « Plan Vosges Ambitions 2021 ».

« La question de la dévitalisation des bourgs-centres n’est pas une spécificité vosgienne mais se pose partout en France et touche à la fois les départements ruraux et les départements urbains » souligne Jean-Yves Chapuis, consultant en stratégie urbaine.

Cette dévitalisation se traduit généralement par la fermeture de nombreux commerces, un taux élevé de logement vacants, des bâtiments dégradés, des rues désertées, une disparition progressive des services publics auxquels s’ajoutent une diminution, un vieillissement et une paupérisation de la population. Comment en est-on arrivé là ?

Les bourgs-centres, chronique d’un déclin annoncé.

Historiquement, c’est au Moyen Age, autour d’une abbaye, d’un lieu de pèlerinage, d’un château ou d’une ancienne cité gallo-romaine que de la plupart des bourgs se sont développés. Ils vont peu à peu devenir des centres économiques, politiques, religieux, culturels et rayonner durant plusieurs siècles sur le territoire alentour… L’architecture souvent remarquable, les monuments classés ou inscrits que comptent ces bourgscentres
témoignent encore de ce glorieux passé… C’est dans les années 1970 que tout bascule. La création de lotissements et de zones commerciales périphériques, les changements de modes de production, de consommation, les évolutions technologiques éloignent les populations et vident peu à peu les centres-bourgs de leur substance et de leurs fonctions…

Dans les Vosges : Le Département et l’Etat se mobilisent.

Dans les Vosges, le Conseil départemental qui a fait de l’attractivité et de l’équilibre des territoires deux priorités du « Plan Vosges Ambitions 2021 » s’empare de cette question cruciale et lance, en 2017, en étroite concertation avec l’Etat, l’appel à projet « Revitalisation des bourgs-centres ». Celui-ci se concrétise en juin 2018. Les cinq premières communes lauréates Bruyères, Darney, Rambervillers, Raon l’Etape et Xertigny, retenues au regard de la qualité de leur démarche et des enjeux du territoire, signent une convention de revitalisation.

Comme le souligne François Vannson « L’enjeu est important. Il s’agit de renforcer l’attractivité des bourgs centres et ainsi, de lutter contre la désertification des territoires. » La mise en place d’une telle politique passe notamment par une offre de logements adaptée à tous les âges, la mutualisation des services, la mixité des fonctions (résidentielles, commerciales, artisanales, agricoles, touristiques…) et la préservation du patrimoine, gage de qualité de vie, de cohésion sociale et de développement du territoire. « S’attaquer à ce phénomène de renouvellement urbain peut donc s’avérer long, coûteux et complexe » rappelle Pierre Ory, Préfet des Vosges.

« Il implique également une forte mobilisation des collectivités et des différents acteurs des territoires ».

Un engagement sans précédent.

L’Etat et le Département décident de conjuguer leurs efforts et d’accompagner, tout au long de la démarche, financièrement et techniquement, les collectivités impliquées. 7

Celles-ci bénéficient d’une aide pour financer un poste de chargé de mission « bourg centre », les études stratégiques pré-opérationnelles et les investissements futurs qui en découleront. L’implication de l’Etat et du Département se traduit également par un apport en ingénierie tout au long de la démarche (réflexion préalable, recrutement du chef de projet, lancement et suivi de l’étude globale, montage des projets…).

Mais, c’est bien l’ensemble des partenaires qui sont appelés à se mobiliser autour du projet de revitalisation.

Conseil en Aménagement Urbanisme et Environnement (CAUE), bailleurs sociaux, chambres consulaires, Etablissement Public Foncier de Lorraine (EPFL), Conseil régional, Commissariat de Massif, Parc naturel régional des Ballons des Vosges (PnrBV), toutes les structures compétentes sur le plan technique ou en mesure d’apporter un financement au projet sont aussi associées à la démarche.

22 bourgs-centres concernés.

Ambitieux, le dispositif doit permettre de soutenir 3 communes tous les 18 mois et au total 22 bourgs centres* du département à l’horizon 2028. Les conventions signées en juin dernier avec les cinq communes lauréates retenues à l’issue du 1er appel à projets devraient bientôt être suivies par d’autres.

*Les 22 communes éligibles – Bruyères– Châtenois – Contrexéville – Cornimont – Darney – La Bresse – Lamarche – La Vôge-les-Bains – Le Thillot – Le Val d’Ajol – Mirecourt – Monthureux-sur-Saône – Neufchâteau – Plombières-les-Bains – Rambervillers – Raon l’Etape – Remiremont – Rupt-sur-Moselle – Saulxures-sur-Moselotte – Vagney- Vittel et Xertigny.
Les objectifs du dispositif :

– renforcer les bourgs-centres dans leur rôle de centralité pour dynamiser le territoire dans son ensemble ;

– reconstruire une image positive et valorisante pour donner envie de vivre et d’investir ;

– reconquérir le centre ancien pour attirer des habitants et des commerçants.

Un bourg centre c’est :

Une commune située entre le village et la ville qui a une taille de population suffisante, un certain niveau d’équipement (établissements d’enseignement, professions médicales, commerces, artisans, restaurants…) et qui joue un rôle de centralité dans l’espace rural. Chaque bourg-centre a lui-même un centre-bourg.

Zoom sur RAON-L’ETAPE.

6 420 habitants.

Les faiblesses :

– Une vacance importante des logements et des locaux d’activité, qu’il faudra contrer par des solutions innovantes.

– Des entrées de ville peu qualitatives.

Les atouts :
– Une identité bien marquée et un cadre de vie agréable, grâce au paysage dessiné par les massifs forestiers qui entourent la commune, aux cours d’eau qui la sillonnent et à son patrimoine architectural.

– Une vie et des équipements culturels, associatifs et sportifs denses.

Les enjeux du projet :

– S’appuyer sur les nombreuses ressources de la commune afin de redorer son image, pour que les habitants en soient fiers et que les personnes extérieures aient envie d’y venir.

– Faire du centre-bourg un endroit où l’on prend plaisir à s’arrêter et non un simple lieu de passage.

L’équipe projet est constituée principalement par le duo Maire, Benoît Pierrat et chargée de mission, Marie Leblond.

Cabinet d’études : Villes Vivantes.

Site internet : http://www.raonletape.fr.

Facebook : Ville de Raon l’Étape

Une adresse mail dédiée : bourgcentre@ca-saintdie.fr.