Désinfection massive – Le préfet des Vosges alerte sur l’impact sur les stations d’épuration, l’environnement et la tension potentielle des approvisionnements en javel

OPPORTUNITÉ DE DÉSINFECTION DE L’ESPACE PUBLIC

Dans l’état actuel des connaissances sur le bien-fondé ou non d’une désinfection de l’espace public au regard du bénéfice attendu et des risques associés, les maires du département des Vosges ont été rendus destinataires des
informations suivantes.

En effet, le ministère des Solidarités et de la Santé a saisi le Haut Conseil à la Santé Publique (HCSP) le 26 mars afin d’expertiser si la désinfection de tout ou partie de l’espace public est opportune au regard du bénéfice attendu de cette pratique et des risques associés, qu’ils concernent le public, les travailleurs ou l’environnement.

Dans l’attente, et sans qu’il soit possible d’anticiper l’avis que rendra le Haut Conseil à la Santé Publique, il est à noter que l’usage massif de produits de désinfection en plein air est susceptible d’avoir un impact sur le fonctionnement des stations d’épuration, sur l’environnement et sur la mise en tension potentielle des approvisionnement en javel.

En effet :

  • ces produits contiennent des substances actives qui seront propagées dans l’environnement et les réseaux de collecte / assainissement, après ruissellement. Leur impact pourrait donc dépasser la seule désinfection de rue ;

  • l’usage massif de produits désinfectants peut favoriser l’apparition d’espèces résistantes. C’est ce qui a été constaté dans de nombreux pays pour l’usage des produits anti-moustiques, par exemple, ou encore en Europe avec le
    développement de l’antibiorésistance.

Il est donc recommandé aux maires d’attendre les conclusions du HCSP, et il est en tout état de cause nécessaire de s’assurer que de tels produits respectent les autorisations de mise sur le marché (AMM). Ces autorisations sont délivrées par l’ANSES et comprennent les conditions d’utilisation de ces produits.

Un commentaire


  1. en effet, risques évidents des dérivés chlorés (hypochlorite de sodium, dichloroisocyanurates et il y a des sous-produits halogénés générés sur les matières organiques et azotées) massivement utilisés par la méthode de la nébulisation sur les voiries publiques qui sont des biocides réglementés et par conséquent réservés à des usages professionnels en milieu clos et évacués de leurs occupants et non à une utilisation dans les milieux ouverts ! : le brouillard pouvant aussi être inhalé par les riverains est très toxique pour les alvéoles pulmonaires , très caustique pour la muqueuse des voies aériennes : » La prévention des risques des biocides » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=513

Les commentaires sont fermés.