Saint-Nabord – Deux forains font parler leur cœur

Dernièrement, en plein épisode du confinement général, deux forains, ayant leur siège à Saint-Nabord, ont confectionné des ʺpommes d’amourʺ et des gaufres pour les offrir aux résidents de l’Ehpad d’Eloyes, aux Sapeurs-Pompiers de Remiremont et au personnel des ambulances Bourbon.

Une centaine de « pommes d’amour » et une soixantaine de gaufres

Lundi 4 Mai dernier, deux forains basés à Saint-Nabord, Elie Laumond de la confiserie Sibille « A la Ville de Nancy » et son confrère Thierry Ballet « L’abondance des douceurs » ont fait parler leur cœur en allant à la rencontre des Résidants de la Maison de Retraite d’Eloyes, des Sapeurs-Pompiers de Remiremont puis du personnel des ambulances Bourbon de Saint-Nabord. Les deux forains ayant eu connaissance de l’opération « pommes du cœur » lancée par la Fédération des Forains de France, se sont dits : pourquoi pas nous ! Le dimanche 3 Mai dernier, ils se sont mis à produire plus de 100 « pommes d’amour » à partir de pommes Golden qu’ils ont enrobé de caramel rouge pour donner le plus bel effet aux fruits. Lesdites « pommes d’amour » étant fortement sucrées elles ne furent pas conseillées aux aînés de l’Ehpad d’Eloyes. Qu’à cela ne tienne, ils ont spécialement produit pour eux une soixantaine de gaufres. C’est donc le lundi 4 mai, que nous avons rencontré les deux généreux forains à la Maison de Retraite d’Eloyes en présence du maire de la cité, André Jacquemin et du directeur Etienne Romary. Plusieurs soignantes de l’Ehpad étaient présentes pour réceptionner les soixante gaufres. Le directeur n’a pas manqué de nous rappeler les moments d’émotion qui l’ont envahi, à plusieurs reprises, durant cette période de confinement tant ont été admirables de dévouement les salariés de l’Ehpad d’Eloyes.

Puis, les deux forains se sont rendus à la caserne des Sapeurs-Pompiers de Remiremont pour remettre aux ʺhommes du feuʺ 80 « pommes d’amour ». Enfin, ce sont les salariés des Ambulances Bourbon de Saint-Nabord qui ont reçu une trentaine de « pommes d’amour ». Bravo, et merci aux deux hommes de cœur chez nos forains locaux !

J.C B.