Transhumance citoyenne du 8 au 29 août 2020

Animée par le Collectif Réseau d’êtres pendant les 2 mois d’été, les associations partenaires partent en transhumance. Il y a urgence! “Après le confinement, le monde a changé, nous avons changé, c’est le moment de libérer la parole, d’activer la culture et d’avoir le plaisir de se rencontrer”, explique le Collectif.

Ce n’est pas un ensemble d’événements, insiste Christine Devallois présidente de Ligue de l’enseignement, c’est vraiment profiter des animations pour rencontrer les gens et ouvrir des discussions, comprendre comment ils ont vécu le confinement et comment ils voient l’avenir, en quoi la pandémie a changé leur vision de la vie ou pas”.

Avec une trentaine d’associations.

La transhumance, c’est une trentaine d’associations (ou plus peut-être parce que d’autres peuvent toujours se raccrocher eu projet), qui crée ou utilise des animations pour aller rencontrer des gens. “C’est un vrai travail d’équipe et un maillage à l’échelle du département”, se félicite le Collectif.

La transhumance est ouverte.

Le 8 juillet, les associations étaient réunies autour de Luc Carton, philosophe, pour réfléchir à comment utiliser toutes ces paroles collectées pour avancer et faire bouger les choses. Les participants se sont formés avec Philippe Vallet de La langue de travers, à quelques techniques pour animer ces ateliers itinérants et ouverts. Comment susciter la parole ? Comment relancer le débat ? Quels supports possibles ? Ils poursuivent aujourd’hui avec un atelier crieurs pour attirer les habitants.

Libérer la parole, ils tendront leurs 2 oreilles.

Il y aura des marches, du vélo, des animations culturelles, des concerts comme prétexte à la rencontre et pour créer ces espaces d’échanges où les gens pourront s’exprimer sur le monde d’avant et celui d’après, ce à quoi ils sont attachés, ce qui est important pour eux, ce qu’ils attendent de l’avenir, leurs peurs et leurs espoirs …

15 animations sur 15 sites et sûrement plus.

15 animations sont d’ores et déjà programmées sur 15 sites, des villes et des villages pour n’oublier personne et pour ne pas retrouver seulement “les militants”. Le projet est en constante évolution. De nouvelles animations peuvent sans cesse s’ajouter et d’autres équipes entrer en transhumance. Si vous aussi vous ressentez le ras-le-bol du virtuel et que vous voulez des rencontres “en vrai”, vous pouvez les retrouver . Ils viennent à vous, pour vous !

Contact : mail : reseaudetres88@gmail.com – tél : 06 47 34 83 31 – Facebook : Collectif réseau d’Êtres – INstagram : Collectif.reseau.d.etres – 2, quartier de la Magdeleine rue de Général Haxo à Épinal.