Remiremont – Commerces : « L’étau se desserre, mais il va falloir gérer au mieux »

Cette phrase, c’est Yannick Antoine, le président de l’Union Romarimontaine des Commerçants et Artisans (URCA) qui nous l’a traduite au lendemain des annonces faites par le Président de la République. Un soulagement pour les petits commerces de la ville qui vont pouvoir retravailler à compter de ce prochain samedi 28 novembre.

Une réouverture certes, mais qui n’engendre toutefois pas un enthousiasme général, car « il va y avoir un frein au bon fonctionnement de la plupart des boutiques » souligne Yannick Antoine. Un frein représenté par les fameux 8m² imposés à chaque client. « Cela ne va pas être facile pour tous les commerçants au vu des surfaces des magasins » note le président de l’URCA, rappelant que les 4 m² imposés à l’issue du 1er confinement constituaient une jauge déjà préjudiciable.

Cette fois, c’est effectivement du simple au double, « cela revient à dire que pour certains commerces, ce sera 2 clients à la fois , alors que l’on arrive à la période cruciale du mois de décembre » poursuit Yannick Antoine, tout en espérant que la clientèle saura être patiente et indulgente. « Il va falloir gérer au mieux , mais nous allons y arriver, on ne peut pas se permettre de se rater ».

Placer un cap sur les animations de Noël.

Ses troupes, le président de l’URCA veut les motiver. Et il a toutes les raisons de le faire. D’ailleurs, il n’y a pas lieu de baisser les bras au vu du succès obtenu à la suite de la réactivation de l’opération « J’aime mes commerçants » mise en place durant ce second confinement avec l’appui de la Communauté de Communes de la Porte des Vosges Méridionales. Le seuil des 200.000 € de bons d’achats est quasiment atteint, un montant auquel s’ajoute le bonus à hauteur de 25 %,  soit 50.000 €  accordé par ladite communauté de communes. « Encore une fois, cette opération a fait l’effet de fusée, c’est une belle satisfaction » traduit Yannick Antoine.

Effectivement, le bon point est que la clientèle reste fidèle à ses habitudes et par-là même à ses commerçants. Si ces derniers pourront prendre l’initiative à titre individuel d’organiser un « Black Friday » en fin de semaine prochaine, le comité de l’URCA se réunira dans les prochains jours, afin de prendre les mesures concernant l’organisation de l’opération de Noël. Il sera notamment question d’en décider l’importance et de voir quelles animations seront possibles.

Si l’esprit fête régnera sur la ville – il serait difficile qu’il en soit autrement malgré certaines contraintes – le président de l’URCA sait cependant qu’il manquera une part de convivialité, notamment avec les bars et restaurants qui n’auront pas la chance de pouvoir rouvrir. Yannick Antoine a une sincère pensée envers tous les tenanciers de ces établissements, qui d’ordinaire, représentent une part essentielle de vie au coeur de la ville.

La cité s’apprête à respirer à nouveau, les vitrines vont se rallumer et c’est un grand bien, la féerie de décembre va arriver, mais même avec le plus fort optimisme, il manquera quelques ingrédients pour que la magie de Noël opère à cent pour cent.

Denis Philippe.