Père-cent – Une dizaine de lycéens interpellés dans les Vosges par les forces de l’ordre

Communiqué de la préfecture des Vosges à propos des défilés du « Père-Cent ».

Chaque année, 100 jours avant les premières du baccalauréat, les lycéens défilent déguisés dans les rues à l’occasion du « Père-Cent ».

Cet événement, bien que toléré chaque année, n’est jamais autorisé dans la mesure où il est propre à induire des troubles à l’ordre public tant dans les rues qu’aux abords des établissements scolaires.

Cette année, plus que jamais, ces rassemblements sont particulièrement dangereux et irresponsables puisque les élèves s’exposent à un risque de contamination à la COVID-19.

Aujourd’hui malgré les annonces relatives à leur interdiction, des rassemblements de lycéens ont tout de même été constatés aux abords des établissements scolaires et sur la voie publique.

Dans ces circonstances et face au refus des lycéens de se disperser et de rejoindre leur établissement scolaire et à la suite de plaintes déposées par les riverains, une dizaine d’entre-eux, les plus virulents, ont fait l’objet d’une interpellation par les forces de l’ordre.

Rappelons que même si les lycéens portent pour la plupart un masque, ces défilés festifs, sont de nature à favoriser la circulation du virus puisqu’ils ne garantissent pas le respect des gestes barrières.

Comme partout en France la situation sanitaire dans les Vosges se dégrade, en raison notamment de la présence des variants particulièrement contagieux. En témoigne la situation du lycée André Malraux de Remiremont fermé plusieurs jours, après que plusieurs cas de COVID-19 ont été détectés, pour garantir de bonnes conditions d’accueil des élèves.

Yves Séguy, préfet des Vosges, en appelle à la responsabilité de ces jeunes lycéens et leur demande de retourner en classe. Conscient des difficultés qu’ils traversent depuis le début de la crise sanitaire et de leur volonté de fêter le baccalauréat qui marque pour beaucoup le passage à la vie d’adulte, la situation actuelle ne permet pas le moindre débordement.

Il en va de leur santé, de celle de leurs camarades, professeurs et de leurs proches.

Il appelle également à la responsabilité des parents dont leur devoir est de préserver leurs enfants des risques auxquels ils s’exposent en pareille circonstance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s