Saint-Nabord – Un programme de restauration pour le site de la Demoiselle

En tant que structure animatrice du site Natura 2000, la CCPVM a réalisé vendredi 16 avril 2021 une opération Lidar sur le site de la Demoiselle afin d’obtenir des données topographiques qui serviront à mieux comprendre le fonctionnement hydraulique de la tourbière.

Un vol de 25 minutes a été nécessaire pour balayer l’ensemble du site Natura 2000 de la Demoiselle.

A 9 heures du matin, l’entreprise Air d’éco, chargée de l’opération, a lancé son drone M300 qui a volé pendant 25 minutes balayant la surface du site et enregistrant toutes les données capturées.

Le drone, équipé d’un Lidar MAPPEUR, est capable de balayer 10 mètres par seconde avec une précision de 5 cm selon la densité de points enregistrée.

Selon Air d’éco, spécialistes du travail aérien par drone, « le capteur Lidar est indiqué pour toute application où la topographie voire la microtopographie est requise : cartographie, estimation du couvert végétal, calcul précis de volumes (déblais, stocks, talus, modélisation de sites ou de monuments, bâtiments… à l’instar de la photogrammétrie. La grande différence avec cette dernière, est à la possibilité de pénétrer la végétation, permettant l’observation à l’intérieur du couvert végétal (fonction de sa densité) et au-dessous (sol) ».

La tourbière présente des enjeux importants pour le fonctionnement écologique du site

Le site Natura 2000 « Étang et tourbière de la Demoiselle », localisé sur la Commune de Saint Nabord, couvre une superficie de 15 ha. Le site comporte deux sous-unités déconnectées sur le plan hydraulique par une moraine. A savoir, la tourbière acide et l’étang de la Demoiselle.

Le complexe tourbeux de la Demoiselle a subi dans le passé une exploitation et un drainage qui ont sensiblement perturbé son fonctionnement. Le milieu se retrouve aujourd’hui vulnérable fasse au réchauffement climatique ce qui pourrait entrainer à moyen terme la disparition des habitats et espèces d’intérêt communautaire.

Dans le cadre de la programmation Natura 2000, validée l’année dernière en comité de pilotage, il est notamment prévu de restaurer le fonctionnement de la tourbière.

La première étape consiste à acquérir des données topographiques fines pour pouvoir engager dès 2022 des travaux de restauration. Ces travaux pourront consister, par exemple, à recréer des dépressions permettant de maintenir plus longtemps en eau les mares ou à modifier certains drains afin de favoriser le rôle d’éponge de la tourbière.

Ces opérations sont soutenues financièrement par la DREAL Grand Est et l’Agence de l’eau Rhin-Meuse et techniquement par le Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s