Saint-Etienne-lès-Remiremont – Le plan de relance, renouvellement forêt au conseil municipal

Le Plan de Relance Forêt a été présenté par Patrick Lagarde, agent ONF, jeudi soir lors d’une séance de conseil municipal, qui ne comportait que cet ordre du jour.

« Dans son plan de relance national Covid-19, l’Etat a attribué 150 millions d’euros à la section forêt, dont une dotation de 16,5 millions pour la région Grand Est. La dotation pour les Vosges est de 4,8 millions d’euros. Nous avons un délai de 18 mois pour nous positionner sur ce dossier relance, il faut donc faire vite. A Saint-Etienne-lès-Remiremont, nous allons utiliser la méthode dite « plantation en damier »’, c’est-à-dire des carrés de 30 mètres par 30 mètres, qui recevront chacun 120 plants d’espèces différentes prévues pour ce climat. Nous avons sélectionné des essences d’arbres connues pour leur comportement face au climat, le PRF prévoit entre 30 et 50% de surface couverte pour une régénération naturelle, y compris les sapins » a annoncé Patrick Lagarde avant de préciser que l’Etat avait pris pour barème 80 %  des frais. « Ce montant n’est pas toujours adapté au montant des travaux qui seront nécessaire. Certains travaux en amont de la plantation ne sont pas pris en charge, tels : le gravage à 4.500 euros l’hectare, la mise en protection des plans, 2€ le plan, la protection contre le champignon qui attaque les racines (si celui-ci est présent il faudra attendre 2 à 3 ans avant de replanter), les protections des plants à 4/6€ le plan protégé (les protections seront à base de roseau ou de bois, pas de plastique), le forfait pour monter ce dossier est de 1 500€, etc. La parcelle concernée par ce plan est la parcelle 24 située aux ‘Près Blaise’, à côté du chalet des chasseurs ».

Parmi les essences choisies pour être repiquées on retrouve : le cèdre, le douglas, le chêne, le pin etc. « Nous créons donc un arboretum sur la commune qui pourra être visité par les écoliers, et les marcheurs, après déduction de l’aide de l’Etat, il restera 5.400 € à la charge de la commune » a conclu Patrick Lagarde.

Ce plan concerne 2 hectares de forêt, soit une partie minime face à tous les dégâts que l’on peut constater dans le Fossard, sans compter qu’au fil des mois, d’autres arbres apparaissent secs ou malades, pour au moins 3500 hectares. Il restera bien du pain sur la planche.

Christiane THIRIAT.