Saint-Etienne-lès-Remiremont – Avec la liquidation de la SA Valdenaire, la cité perd une identité

Coup dur dans la zone d’activités de la rue des Poncées avec la liquidation judiciaire de la SA Valdenaire intervenue en janvier. La société plus que centenaire n’a pu sortir la tête haute d’un plan de sauvegarde judiciaire engagé il y a près de quatre ans. Ces dernières années, elle demeurait encore une société fleuron en tant que fabricant et importateur de deux roues, notamment vélos de course et VTT. Sans oublier une multitude d’accessoires. Une aventure sereinement débutée en 1906.

Grossiste et importateur, la société Valdenaire demeurait un acteur incontournable de la distribution française de vélos et de deux roues 50 cm³ (cyclomoteurs, scooters). Une société qui regroupait sur quelques 8.000 m² d’entrepôts la plupart des grandes marques d’accessoires entre autres expédiés chez les principaux professionnels du cycle.

L’histoire de la société Valdenaire remonte effectivement à plus d’un siècle puisque l’entreprise fut créée en 1906. Avec au départ une activité de détail mixte pour cycles et matériel agricole.

Un quart de siècle plus tard (1931), le fils du fondateur crée l’entreprise de négoce en gros de cycles et de pièces détachées. Puis survient en 1945 la construction d’un nouvel atelier de fabrication afin d’intégrer des constructions tubulaires permettant à l’entreprise de se forger une véritable réputation associant la qualité.

Viennent ensuite les glorieuses années 1960/1970 où la société distribue sa gamme de vélos sous son propre non. Valdenaire devient ainsi une marque plébiscitée par un grand nombre de grossistes. Dans le même temps, l’activité en pièces détachées pour vélos et cyclomoteurs prend également un réel essor.

La Poste comme client national et une diversification au top

Les décennies suivantes, les petits-fils de la famille Valdenaire continuent de développer les activités de fabrication de cadres de vélos et commerce en gros. Dans le même temps, la SA Valdenaire devient au niveau national le fournisseur d’une partie des vélos affectés à La Poste pour ses facteurs. A partir des années 90, la société distribue également la gamme de vélos de course et VTT sous la marque Blaker’s.

A partir des années 2000, un nouveau virage est opéré dans la spécialité course. La SA Valdenaire prend la distribution exclusive des cadres carbone et accessoires Kuota. Ce qui permettra au duo Valdenaire/Kuota de remporter de concert l’élection du vélo route de l’année organisé par le magazine « Le Cycle ».

 En 2009, la SA Valdenaire devient le distributeur pour la France des roues carbone « Reynolds ». Il s’agit d’une véritable reconnaissance dans le monde du vélo de route et du triathlon. Tout en continuant d’être un acteur phare dans le monde du cycle français, la SA Valdenaire inaugure en 2011 la distribution des lunettes cyclistes baptisées « 720 ».

 Arrive l’année 2013 et un atout supplémentaire marqué par la distribution pour la France des chaussures cyclistes et casquettes Vittoria (Italie). La société Valdenaire distribue aussi les chaussettes cyclistes « Bleu Forêt », des produits techniques d’ailleurs mis au point en collaboration avec Julien Absalon pour l’entreprise textile basée à Vagney. La même année 2013, les produits « Bicisupport » (pieds de réparation de vélo et matériel de prise de cotes) arrivent également au catalogue de la SA Valdenaire.

 Une diversification développée au sens large, c’est le moins que l’on puisse écrire. La SA Valdenaire n’aura cessé d’innover tout au long de ces décennies. Mais le mauvais sort s’est interposé et malgré une certaine persévérance, la société n’a pu s’en relever. Le premier mois de la présente année a définitivement mis fin à un règne qui aura perduré durant 115 années.

 Denis Philippe.