Rupt-sur-Moselle – Un auditoire captivé par le Nostradamus Vosgien

Dominique Aubert, le Nostradamus Vosgien se dévoile sur ses terres. Un auditoire captivé par le récit de François Petrazoller, conservateur des archives départementales des Vosges, qui présentait le manuscrit de Dominique Aubert (1755 – 1816).

La conférence s’est tenue dans le salon d’honneur de la Mairie vendredi soir dernier.

Passé inaperçu dans un premier temps car faisant partie d’un lot d’archives concernant les chanoinesses de Remiremont, le manuscrit finit par intriguer le conservateur, le pousse à le restaurer et à le déchiffrer.

Il nous est alors révélé une première partie qualifiée d’historique, juridique et intime puis une seconde partie prophétique.

Même si Dominique Aubert ne donne que peu d’informations sur sa personne, il nous dit au commencement de ses prophéties : « la présente Profetise appartient / à moy Dominique Aubert / Domicilier à Lette Rupt / Ban de Long Champ Ce / vingt un Avril de L’an /1799 ».

C’est donc bien dans notre commune, au centre, nommé autrefois Lette, proche de l’église, où habitait Dominique Aubert.

François Pétrazoller explique que Dominique Aubert a tout d’un cultivateur moyen : sa famille, l’âge de son décès. Même si le niveau d’instruction des cultivateurs de l’Est vosgien à la fin du XVIII ième n’était pas déplorable, la lecture, l’écriture, le calcul étant diffusés grâce à l’école des curés, les écrits de Dominique Aubert font preuves d’une culture scientifique qui le distingue singulièrement de ses contemporains. Dominique Aubert a forcément été nourri de lectures approfondies de manuels astronomiques, d’ouvrages astrométéorologiques et d’almanachs du XVI ième siècle. Cependant c’est un écrit vraiment personnel que nous livre Dominique Aubert, tant par sa langue populaire que par ses préoccupations économiques voire purement pécuniaires. Connaitre la météorologie à cette époque garantissait de manger toute l’année à sa faim et de ne jamais manquer de bien.

Sauvé de l’oubli, Dominique Aubert, ce ruppéen curieux, passionné, nous rappelle que les prophéties même aujourd’hui au temps de la physique quantique ont toujours un pouvoir de fascination : et si c’était vrai !