Sécurité routière – Une vaste opération de contrôles sur la zone Est mercredi 25 mai 2022

En 2021, 412 personnes ont perdu la vie sur les routes de la Zone Est (régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comte). Face à ce constat, Marie Aubert, Préfète déléguée pour la Défense et la Sécurité de Ia Zone a décidé de coordonner une opération de grande ampleur sur les 18 départements de Ia Zone.
Cette opération « Ascension 2022 » se déroule ce mercredi 25 mai 2022. Tout au long de la journée, les forces de Police (Sécurité Publique et Compagnies Républicaines de Sécurité) et de Gendarmerie mettent en place un ensemble de points de contrôles routiers afin de prévenir les fautes mineures et de réprimer les infractions graves.

Ces dispositifs incluent des contrôles aussi bien fixes que mobiles, positionnés sur (‘ensemble des axes de la zone à la fois sur les axes structurants et les routes départementales, le tout sous l’autorité des Préfets de départements et coordonne par le pole Securite Interieure du cabinet de Madame la Préfète Déléguée.

Si les opérations de contrôle et de verbalisation sont continues tout au long de l’année, une opération coordonnée de cette ampleur vise avant tout à encourager la prise de conscience collective. En mettant en place un ensemble de dispositifs visibles, l’objectif est de limiter les comportements à risque générateurs d’accidents.

Avec le retour des beaux jours et à la veille du week-end de l’ascension, week-end durant lequel les routes de France sont habituellement particulièrement chargées, la vigilance et le respect du Code de la route partout sont indispensables à la sécurité de chacun. Cette année, l’opération est par ailleurs axée sur la protection des 2 roues, un public particulièrement exposé pendant les week-end de printemps.

Les chiffres : une hausse qui appelle à la vigilance en 2022.

Les restrictions de circulation liées aux confinements imposés par la situation sanitaire en 2020 font de 2019 l’année de référence pour les chiffres de la mortalité routière.

Par rapport à cette année de référence, la mortalité routière en zone Est a baissé de 13,45% en 2021. Durant l’année écoulée, 412 personnes ont perdu la vie sur les routes de la zone contre 476 en 2019.

Cette baisse est cohérente avec la tendance nationale. En France métropolitaine 2947 personnes sont décédées sur les routes en 2021, soit 297 de moins qu’en 2019 (baisse de 9;15%).

Cependant, cette tendance semble s’inverser en 2022. Sur les 4 premiers mois de l’année, en zone Est, on comptabilise 37 routes de plus qu’en 2021, soit une augmentation de 38,95% personnes mortes sur les routes de plus qu’en 2021 soit une augmentation de 38,95 %.

Les deux-roues : un public particulièrement exposé.

Bien que le nombre d’accidents mortels constatés pour les motocyclistes et cyclomotoristes soit lui aussi en baisse, ces publics, dépourvus de la protection apportée par un habitacle, restent particulièrement vulnérables aux dangers de la route.

En 2021, le nombre de conducteurs de deux roues tués sur les routes de France s’élevait à 98 motocyclistes et 578 cyclomotoristes contre, respectivement, 615 et 134 en 2019, soit une baisse de 11 %. La tendance nationale se vérifie en Zone Est, avec 45 décès de motocyclistes en 2021 contre 71 en 2019 et 12 décès de cyclomotoristes en 2021 contre 21 en 2019, soit une baisse générale de 27,17 %.

La prévention des accidents et la répression des comportements à risque reste nécessaire. Le risque de perdre la vie pour chaque kilomètre parcouru au guidon d’un cyclomoteur est 17 fois plus important qu’en voiture. Pour un conducteur de moto lourde (cylindrée supérieure a 125cm3), ce risque est 24 fois plus important. En 2022, 5 motards ont déjà perdu la vie sur les routes de la zone Est.

Les causes principales d’accidents sur la route: Ia vitesse excessive et les comportements à risque.

La vitesse est l’une des causes principales d’accidents, un accident mortel sur trois étant dû à une vitesse excessive ou inadaptée. Bien que les véhicules connaissent des progrès techniques constants, en particulier pour mieux absorber les chocs et protéger les occupants ; tout impact à une vitesse après freinage supérieur à 55 kilomètres/heure cause de graves lésions.

Par ailleurs, près de 90% des décès sur la route sont liés à des comportements à risque des automobilistes : fatigue, distraction due à une conversation, usage du téléphone, alcool ou stupéfiants.

Ces facteurs concernent aussi bien les conducteurs de véhicules de tourisme que de deux roues. Dans le cas de ces derniers, l’équipement joue en plus un rôle important. Le port du casque (obligatoire depuis 1973 pour les motocyclistes et 1980 pour les cyclomotoristes) et de gants adaptés (obligatoire depuis 2016) constituent les seules protections du conducteur en cas d’accident.

Agir sur ces comportements à risque est primordial tant pour les automobilistes que pour les conducteurs de deux roues, notamment dans le contexte de circulation dense. C’est l’objectif de cette journée de contrôles.