Législatives 2022 – Félix Zirgel candidat pour le mouvement « Décroissance-élection »

« Nous nous attendons, pour ces élections législatives, à une nouvelle abstention record. On nous dit que les jeunes se désintéressent de plus en plus à la politique. On nous martèle l’importance du vote – ce devoir citoyen par excellence – avec des larmoiements quant à notre démocratie en péril » affirme Félix Zirgel.

« Pourquoi donc ? Peut-être que le discours politique est devenu insipide. Peut-être que les citoyens n’ont plus l’impression que leurs avis comptent ».

A 29 ans, « j’ai derrière moi un parcours tumultueux -entre études à l’université, petits boulots dans tous les domaines possibles, diplômé d’un CAP arts de la reliure- mais surtout des années de militantisme pour l’écologie politique. Je me présente à ces élections dans la circonscription de Remiremont pour le mouvement de la décroissance. J’y vais avec mes moyens -quasiment nuls- et beaucoup de convictions ».

Seulement, « je ne suis pas considéré comme un candidat sérieux, malgré les 9 % de voix réunies lors des dernières élections départementales du Val-d’Ajol. Je n’ai pas été invité sur les plateaux. Pourquoi ?

Parce que que je suis un citoyen ! Parce que mon programme n’est pas étincelant de promesses séduisantes, ni chiffré tel un tableau de comptabilité sur papier glacé. La politique est réduite à une logique de gestion qui chasse bien loin idées et poésie. Il ne suffit pas de pleurer la démocratie ; il faut lui donner les moyens d’exister ! ».

Selon Félix Zirgel, « ma candidature sert donc à diffuser les concepts de la décroissance, si méconnus ou méprisés, tout en soulignant les carences démocratiques des différentes élections. La preuve est-là ; j’ai fait campagne sans voiture, sans Twitter, sans l’appui d’un parti et presque sans argent. Promouvoir l’écologie, c’est commencer par l’appliquer. Pas de QR-code sur mes affiches !

Qu’est-ce que la décroissance ? Certains disent que c’est le retour à la bougie. Au contraire ; elle est la prise de conscience que si nous n’acceptons pas certaines limites, nous y retournerons très vite. Il s’agit de repenser en profondeur notre façon de consommer, de nous déplacer, de vivre ensemble. Rajouter le mot « durable » à celui d’ « économie » ne suffit plus, et l’écologie dite punitive ne mènera nulle part ».

Pour le candidat, « C’est ensemble qu’il nous faut dessiner le meilleur chemin pour vivre en bon rapports avec les limites écologiques. En redécouvrant le sens du lien et du partage, en explorant le champ des possibles qu’offre nos territoires, en privilégiant la transmission, en réapprenant la richesse de nos petits métiers.. Pour cela, il faut nous désaliéner d’une logique de consommation effrénée et sa fuite en avant technologique, qui remplacent nos soignants par des machines et nos identités par des codes barres. Il y a urgence.

Mon message est clair ; moins de biens, plus de liens ! A défaut d’avoir été présent partout et visible comme les autres candidats, vous pourrez me suivre sur decroissance-vosges.fr, ou retrouver les propositions du mouvement sur decroissance-elections.fr ».

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s