Plus de sécurité en Grand Est : des TER et des lycées mieux protégés

Aujourd’hui, le thème de la sécurité est devenu prioritaire. En Grand Est, cet attachement est particulièrement centré autour des trains régionaux et des lycées publics avec pour objectif de lutter contre le sentiment d’insécurité et permettre aux habitants, aux usagers, aux élèves et aux enseignants d’évoluer dans un environnement plus sûr.

C’est dans ce contexte que se sont retrouvés, ce mardi 15 novembre 2022, Josiane Chevalier, Préfète de la région Grand Est, Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, le Général de brigade Philippe Baudoin, adjoint au Général de Corps d’Armée Stéphane Ottavi, Commandant la Région de Gendarmerie Grand Est et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Est, Erwan Yvet, SNCF, Directeur Régional Adjoint TER Grand Est, Roselyne Histe-Wolff, SNCF, Directrice de la Zone de sûreté Est, Philippe Combaz, Directeur départemental adjoint de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle, afin de réaffirmer leur implication en matière de sécurité en Grand Est. Ils ont ainsi signé la convention de partenariat permettant le déploiement de patrouilles de gendarmes réservistes opérationnels sur le réseau ferré régional Fluo et la convention portant sur la gratuité des transports pour les effectifs de la Police Nationale travaillant en Grand Est, avant de rejoindre le lycée Jean Prouvé de Nancy (54) – établissement pilote – du plan régional de sécurisation et de vidéo-protection.

Des trains mieux sécurisés

Afin de renforcer et améliorer la sécurité des usagers du TER, la Région, la Gendarmerie, SNCF Voyageurs et SNCF Sûreté Ferroviaire se sont engagées dès 2021 dans une convention de partenariat permettant le déploiement de patrouilles de gendarmes réservistes opérationnels sur le réseau ferré régional.

Une première expérimentation, sur la période du 1er juin 2021 au 31 mai 2022, a été menée et a permis d’atténuer la tendance à la hausse des faits de sûreté enregistrés dans les TER de la région Grand Est notamment en matière d’incivilités (source : SNCF).

Face à ces résultats engageants, la Région Grand Est souhaite réaffirmer son partenariat avec l’ensemble des acteurs concernés via le renouvellement de cette convention pour trois ans et ce jusqu’au 31 mai 2025.

Cette action complémentaire aux dispositifs en place avec la Sûreté Ferroviaire et la police nationale affectées à la sécurisation du réseau ferré1, vise à augmenter la sécurité à l’intérieur des trains et dans les gares. Les patrouilles – composées de trois militaires réservistes de la gendarmerie – assureront une présence sécurisante, dissuasive et seront en mesure de réagir et d’intervenir sur tout événement.

Ce sont ainsi 2 700 jours de réserves qui seront dédiés à cette période triennale, avec la volonté de prioriser certains axes, tels que Saint-Louis – Mulhouse ; Metz – Forbach ; Metz – Verdun, Mulhouse – Paris Est et Strasbourg – Paris Est en TER.

En complément de cette mesure, la Région offre la gratuité aux policiers nationaux lors de leurs déplacements en TER : pour leurs trajets « domicile-travail » ainsi que pour les « trajets occasionnels » s’ils sont en service actif et en possession de leur arme de service. Cette mesure fait l’objet d’une convention spécifique.

Mieux protéger les lycées pour mieux vivre-ensemble

Permettre aux jeunes et à la communauté éducative d’évoluer dans un environnement sécurisé, là est l’ambition portée par la Région Grand Est.

Le lycée Jean Prouvé de Nancy a ainsi bénéficié d’un nouvel équipement global de vidéo-protection pour mieux protéger la communauté éducative. 38 caméras y ont été installées ainsi que plusieurs équipements anti-intrusion faisant de l’établissement un lycée pilote de référence pour le déploiement du futur plan régional de vidéo-protection.

Ce projet préfigure le plan d’actions de la Région visant à déployer différents systèmes de sûreté adaptés à la situation et à la spécificité de chaque lycée. Une première phase d’expérimentation sera lancée dès 2023 au sein de 15 lycées et ce, en vue d’étendre et de moderniser les dispositifs de vidéo-protection2 à l’ensemble des lycées publics du Grand Est en 2024.


1  Service National de la Police Ferroviaire – Brigade des Chemins de Fer zonale.

2  En respect avec le Règlement Général de Respect des Données (RPGD).