Eloyes – Le site d’Elivia bloqué depuis ce mercredi matin

Journée de mobilisation des personnels du site Elivia dont les 81 emplois sont actuellement menacés d’ici le mois de mai. Depuis les premières heures ce mercredi, une grande partie des employés bloquent l’entrée de leur unité. La décision a été prise suite à l’absence d’une avancée des négociations, hier mardi, auprès de la direction générale du groupe à Angers. Les salariés d’Eloyes ont été rejoints en fin de cette matinée de mercredi par leurs collègues travaillant à l’abattoir de Mirecourt.

« A Angers, la direction générale n’a pas souhaité étudié l’ensemble des textes du livret de fond du Plan de Sauvegarde de l’Emploi » relate avec amertume Christian Leneutre, délégué syndical central Force Ouvrière (F.O) du groupe Elivia. Il indique notamment « nous avons fait mardi 14 heures de route aller-retour vers Angers pour 3 heures de négociations qui n’ont abouti à rien. Cela  traduit un manque de respect pour les salariés ». Il n’en fallait donc pas davantage pour qu’une règle s’applique ce mercredi sur le site loya : « pas de négo, pas de boulot » ainsi que le traduit un calicot installé à l’entrée.

Très tôt ce mercredi matin, les employés réunis dans la cour ont allumé un feu de palettes. Ce qui leur a valu une charge verbale d’Eric Guillochon, le directeur du site loya. « Il nous a menacé tout en nous indiquant que la prime d’assiduité allait sauter » traduisent quelques salariés. Alors qu’un camion se présente à l’entrée du site, son chauffeur comprend très vite qu’il n’a plus qu’à faire demi-tour. Une délégation de gilets jaunes, emmenée par Miche Padox, est venue soutenir les salariés. Plus tard, à bord de quelques véhicules et à coups de klaxons, ce sont les élus F.O. de l’abattoir de Mirecourt qui arrivent à leur tour, en soutien à leurs collègues.

Une réunion demeurait prévue en seconde partie d’après-midi afin de décider ou pas de la poursuite du blocage du site.

Article participatif de Denis Philippe.

Publicités