Remiremont – Conférence exceptionnelle avec l’artiste peintre Jean-Pierre Sergent

L’artiste peintre bisontin Jean-Pierre Sergent propose une conférence exceptionnelle gratuite le dimanche 28 avril à 17h au musée Charles-de-Bruyères dans le cadre de l’exposition temporaire « Charles de Bruyères invite ».

Au programme :

  – son univers artistique atypique et son parcours international, de la France à New York, en passant par la Chine, le Canada et l’Europe ;

– son œuvre exposée au musée Charles-de-Bruyères, « Ève, Adam & les graffitis » ;

– un temps d’échanges avec le public.

MUSÉE CHARLES DE BRUYÈRES | 3 RUE PAUL-DOUMER | REMIREMONT | FRANCE

CONFÉRENCE DE L’ARTISTE JEAN-PIERRE SERGENT
LE 28 AVRIL À 17h

Le travail de cet artiste peintre franco-américain, né à Morteau (France) en 1958, et vivant et travaillant aujourd’hui à Besançon, est exposé internationalement depuis les années 1990 : au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Chine depuis 2016.

Lors de sa conférence ouverte au public, l’artiste évoquera les sujets suivants :

– Une brève histoire de son parcours artistique, de sa ferme à Charquemont, dans le Haut-Doubs, où il élevait des chevaux américains, à ses années de travail au Canada (Montréal 1991-1993), puis à New York (1993-2003), avant son retour en France, à Besançon, en 2004.

– Il évoquera ses voyages ayant grandement influencé son travail : en Égypte dans les années 1980, puis à maintes reprises au Mexique et au Guatemala, sans oublier ses influences new-yorkaises (œuvres du Metropolitan Museum, rencontres avec les cultures amérindiennes, trances chamaniques, etc.).

– Il fera en outre une présentation photographique du développement de la forme de ses peintures au cours de son parcours artistique atypique, sujet largement développé dans deux de ses entretiens vidéos, « Palabres dans l’atelier » (1/8) et « Palabres dans l’atelier » (2/8), avec son amie philosophe Marie-Madeleine Varet, chercheuse au CNRS.

– Il évoquera ensuite son œuvre présentée dans le cadre de l’exposition temporaire « Charles de Bruyère invite », « Ève, Adam & les graffitis », qui pose, entre autres, la question du désir et de sa représentation dans l’art occidental, par opposition avec celle des arts non européens (orientaux, américains, ou « premiers »).

– Pour finir, une série de questions-réponses sera engagée avec le public.