Remiremont – Commémoration du 11 novembre 1918 : un armistice rassembleur plus d’un siècle après…

Le 101ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 a été largement suivi dans la cité des chanoinesses. Remarquable participation, toutes générations confondues. Après l’office religieux célébré en la mémoire des victimes civiles et militaires de toutes les guerres, la cérémonie patriotique avait lieu sur le parvis de l’Hôtel de Ville en présence des autorités civiles et militaires, des porte-drapeaux, des sapeurs-pompiers de la compagnie de Remiremont, d’une section complète du 1er régiment des Tirailleurs d’Epinal, des associations patriotiques et sportives, de l’Union Musicale ainsi que la participation d’enfants des écoles, notamment de Jules Ferry.

L’instant d’après, le défilé se mettait en place afin de rejoindre la place Henri Utard, la rue de la Carterelle, la rue de la Xavée, la rue du Général de Gaulle, la place Jules Méline et la rue du Général Leclerc afin de rejoindre le monument aux morts pour la cérémonie protocolaire placée sous la responsabilité de Gilbert Bouché. Après la levée des couleurs, il appartenait à Jean Hingray, le maire de la ville, de lire le message de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de Madame la Ministre des Armées. Puis l’assemblée demeurait invitée à entendre, de la voix de Jean Luc Villemin, les noms des soldats français tués au combat au cours de la dernière année, tant au Burkina Faso, au Liban ou encore au Mali.

Cérémonie 11 novembre (11)

 

La gerbe de la Municipalité fut ensuite déposée par Jean Hingray, accompagné de François Vannson, président du Conseil Départemental, de Loïc Queste, inspecteur de l’Education Nationale, Bernard Creusot, président de la Légion Vosgienne de Remiremont/Saint-Nabord et deux enfants des écoles. La sonnerie « Aux Morts » demeurait suivie d’une minute de recueillement, puis la Marseillaise fut entonnée par les enfants des écoles, accompagnés en la circonstance par l’Union Musicale.

Cérémonie 11 novembre (14)

L’assemblée se dirigea ensuite vers le cimetière militaire où un second dépôt de gerbe était effectué par le Commandant Julien Petit, de la Compagnie de Gendarmerie de Remiremont, le Capitaine Mandras, commandant la 13ème Compagnie du 1er régiment de Tirailleurs d’Epinal, le représentant du Capitaine Didier Delmas, de l’Escadron 25/7 de Saint-Etienne-Les-Remiremont, le Commandant Cyrille Steiner, du commissariat de police romarimontain, le Commandant Frédéric Thiolière, chef du Groupement Montagne des Sapeurs-Pompiers, le Capitaine Denis Martin, commandant le centre de secours romarimontain et le major Florent Zanchetta, chef de la Police Municipale.

Cérémonie 11 novembre (22)

Réfléchir aux vraies valeurs fondamentales pour qu’elles puissent l’emporter

Ce fut ensuite le retour vers l’Hôtel de Ville où le maire Jean Hingray prononça son allocution, tout en mettant l’accent sur l’une des nombreuses romarimontaines actives pendant cette 1ère guerre mondiale, citant ainsi Marguerite Schwartz, épouse protestante d’un industriel du textile. Cette dernière avait fondé la section locale de l’Union des Femmes de France en 1888, et durant la guerre, a organisé les secours aux militaires grâce au matériel médical et aux capitaux qu’elle avait réunis. Le 1er magistral de la ville évoquait aussi la citation d’un enfant scolarisé dans une école de la ville au cours du grand conflit. A l’occasion d’un voyage scolaire à Mulhouse, dans l’Alsace annexée, le jeune gamin (Viard était son nom), voyant un défilé des troupes allemandes, a alors écrit : « ce défilé me produit une triste impression et je suis bien porté à les haïr, ces allemands qui commandent maintenant en maîtres ici. Mais je me maîtrise bien vite en songeant que ces soldats sont des hommes comme nous, qu’ils ont des parents et que peut-être, ils ne demandent qu’une chose : la tranquillité ». Après quoi Jean Hingray invitait à une grande réflexion autour de quatre éléments :; la vérité, la justice, la liberté et l’amour fraternel.

Cérémonie 11 novembre (30)

L’instant d’après, François Vannson, président du Conseil Départemental, traduisait sa satisfaction de constater une commémoration particulièrement suivie et vivante « afin de donner un vrai sens à tous ceux qui ont payé de leur sacrifice », soulignant au passage « que malheureusement, le 1er conflit mondial fut le théâtre d’une boucherie sans précédente ». Et d’ajouter à la suite : « après 1918, les bonnes décisions n’ont peut-être pas été prises » faisant ainsi allusion au Traité de Versailles qui a engendré à la suite un second conflit mondial. François Vannson orientait aussi ses propos sur la situation du monde actuel où l’on recense la cinquantaine de conflits, tout en invitant aussi à réfléchir « pour que les valeurs fondamentales puissent être prises en compte et l’emporter ».

Cérémonie 11 novembre (35)

Les enfants demeuraient ensuite invités à reprendre « La Marseillaise », moment suivi par le chant « Les Turcos » interprété par le 1er régiment des Tirailleurs. (Les Turcos est l’expression traduisant les Tirailleurs). En signe de reconnaissance, Le capitaine du 1er régiment remettait l’instant d’après le fanion de la 13ème Compagnie des Tirailleurs au maire romarimontain.

Cérémonie 11 novembre (31)

Le traditionnel vin d’honneur clôturait cette commémoration du 101ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

Article de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.