Remiremont – Les chansons de La Belle Epoque ont enchanté un public bien présent !

Le Grand Salon de l’Hôtel de Ville s’est presque révélé trop petit ce dimanche après-midi dans le cadre du récital de chansons de la Belle Epoque intitulé « la Marche du Parmont ». Une initiative pleinement appréciée et applaudie par près de 150 spectateurs.  Un grand moment rappelant la vie des soldats du fort à partir de 1870. De véritables moments authentiques, dont certains demeuraient contenus dans un cahier écrit de la main des si bien nommés « pious-pious » et qui ont été contés et interprétés dans le cadre de ce récital.

Dans son propos d’accueil et de bienvenue, le maire Jean Hingray, s’est dit ravi de voir un Grand Salon aussi confortablement garni pour l’occasion. Il rappelait toute sa fierté d’avoir signé l’acte d’achat du fort du Parmont désormais propriété de la Ville depuis octobre 2017, de même que les 22 ha de forêts qui entourent le lieu. Il précisait qu’un livre est à paraître sur l’histoire du fort et ses anecdotes, tout en remerciant au passage le Comité de Sauvegarde du fort du Parmont et la Société d’Histoire Locale.

04 Récital chanson Belle Époque (6)

Mais c’est aussi une autre personne qui demeurait saluée en ce jour de récital. Ainsi invitée à se présenter, la Romarimontaine Chantal Starck expliquait que c’est au cours d’un déménagement entre Dommartin-lès-Remiremont et Remiremont qu’elle a découvert dans une armoire le précieux cahier contenant les chansons et textes écrits par les soldats du fort.  Un véritable trésor libellé « La marche du Parmont ». Avec la ferme idée de redonner un sens au contenu du fameux cahier, la romarimontaine  pris contact auprès de deux professeurs du Conservatoire de Nancy : Christine Bohlinger, soprano, et Luc Michel, pianiste. Tous deux ont de suite adhéré à l’idée de remettre en valeur ces trésors retrouvés.

Avec les comédiens du Théâtre de la Miroiterie.

C’est ainsi que le duo soprano-pianiste s’est retrouvé ce dimanche après-midi au Grand Salon de l’Hôtel de Ville pour ce récital mis sur pied par l’association CTPS. Des interprétations datées de la période entre 1870 et 1917. Ce récital de chansons de La Belle Epoque demeurait rehaussé de petites scènes interprétées par les comédiens du théâtre de la Miroiterie. Une manière originale et inédite de mettre en valeur les textes n’ayant pu être composés musicalement.

04 Récital chanson Belle Époque (8)

Des écrits devenant ainsi particulièrement réalistes, au regard de l’époque considérée : « il y en a qui disent que c’est le fort des cons… Mais quand on passe à Remiremont, les filles, elles font les yeux doux…  Les petits pious-pious qui n’ont l’air de rien du tout, mais c’est du solide… » Egalement contés et interprétés, les récits du « Régiment moderne » et « Je ramasse des peaux », autant d’instants largement applaudis.

Soprano et piano en plein accord.

Quant à la soprano Christine Bohlinger et le pianiste Luc Michel, tous deux ont démontré qu’ils demeuraient animés d’un esprit particulièrement ouvert. Un dynamisme démontrant qu’ils ont pour habitude de se retrouver dans des programmes variés, que ce soit de musique classique, que d’opérette ou encore de cabaret. Gestuelle et voix se sont merveilleusement conjugués tout au long de ce récital qui s’est ouvert par la La Marche Militaire de Schubert (1818).

04 Récital chanson Belle Époque (14)

Un véritable enchantement avec des interprétations de surcroît judicieusement présentées par Christine Bohlinger.  Ont été ovationnés tour à tour : La Marche Lorraine (1892), Hardi les gars (1915), Le rêve passe (1906), En revenant de la r’vue (1886), Nous en avons marre (la chanson de Craonne 1917), Alsace et Lorraine (1871), Ah que j’aime les militaires (1867), Heure exquise (1909, sur l’air de la Veuve Joyeuse), l’Hirondelle du Faubourg (1912), La chanson des blés d’or (1882), La caissière du grand café (1914), Sous les ponts de Paris (1913) et La Madelon (1914) , un titre final repris avec les comédiens du Théâtre de la Miroiterie et l’ensemble du public frappant dans ses mains.

04 Récital chanson Belle Époque (18)

A noter qu’un diaporama demeurait projeté tout au long de ce spectacle gratuit, avec des images issues des archives municipales de Remiremont et des collections de Chantal Starck et Francis Doniat. A la sortie du Grand Salon, les spectateurs demeuraient conviés à rejoindre la salle voisine des mariages, afin de partager le verre de l’amitié.

Une manière sympathique de trinquer à la Belle Epoque !

Article de Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.