Vosges – Le Sénateur Jackie Pierre interpelle le Gouvernement sur le cri d’alarme du secteur médical et autres professionnels exposés au covid19

Le Sénateur Jackie PIERRE vient d’appeler l’attention du Gouvernement en la personne de :

  • Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé au travers d’une Question écrite intitulée Cri d’alarme du secteur médical et autres professionnels exposés au covid19, en vue de relayer les préoccupations exprimées par nos soignants et professionnels en contact avec le public dans le cadre de leur activité professionnelle, qui se sont récemment émus de leur situation auprès du Sénateur.

Cette question écrite sera publiée dans le prochain JO Sénat de ce jeudi 26 mars 2020.

Cri d’alarme du secteur médical et autres professionnels exposés au Covid-19

Question écrite n° 14893 de M. Jackie Pierre (Vosges – Les Républicains)

  1. Jackie Pierre attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la situation de nos structures médicales confrontées actuellement à une pandémie d’une exceptionnelle gravité, de Covid-19. Tous les maillons de notre système de santé sont mobilisés de jour comme de nuit pour opposer à ce fléau une résistance que d’aucuns s’accordent à qualifier d’héroïque. Tous les personnels de nos hôpitaux, allant des professeurs, aux médecins, internes, infirmiers, aides-soignants, agents des services hospitaliers, à l’administration au sens large, se dévouent à chaque instant pour sauver des vies, tout en continuant à traiter les pathologies les plus graves et les plus urgentes au quotidien. Les personnels de nos établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sont durement impactés dans ce contexte, ainsi que le service à domicile. Dans les Vosges, nos EHPAD sont endeuillés à l’instar de l’EHPAD « Le Couarôge » situé à Cornimont, puisque le lundi 23 mars 2020 l’agence régionale de santé Grand Est et la préfecture des Vosges annoncent une surmortalité et le décès de vingt résidents « en lien possible avec le coronavirus ». Des familles de soignants sont également endeuillées. Nos médecins généralistes, infirmiers libéraux, pharmaciens et personnels des pharmacies, kinésithérapeutes (cas graves et urgences vitales), ambulanciers, pompiers sont en première ligne. Nous leur devons tant ! Les cas recensés de Covid-19 ne cessent malheureusement de croître de façon exponentielle et tous ces maillons sont mis à rude épreuve. Nos soignants repoussent, chaque jour, chaque heure, leurs limites physique et psychologique pour une seule raison : faire face, accomplir leur mission. Ils l’ont toujours fait et chacun sait qu’ils continueront à le faire. Parallèlement, la France, sixième puissance mondiale, leur explique aujourd’hui qu’elle est confrontée à une pénurie de masques de type « filtering facepiece 2 » ou « pièce faciale filtrante de niveau 2 » (FFP2), comme ce fut le cas pour le gel hydroalcoolique. Nos soignants ne comprennent pas cette situation et beaucoup s’en font l’écho tant au niveau national que dans le département des Vosges, à telle enseigne que notre industrie textile locale s’est récemment mobilisée en urgence (et sur la base du volontariat) pour en produire. Sans masques en nombre suffisant (même si ces derniers commencent à arriver) nos soignants ne sont pas en mesure d’assurer leur sécurité et sont potentiellement des agents contaminants pour les patients fragiles encore non infectés. Il en va de même d’autres professions exposées au public telles que les policiers, gendarmes, militaires, facteurs, acteurs de la grande distribution, boulangers, buralistes, routiers (et tant d’autres). Le stock de masques a régulièrement baissé dans notre pays depuis 2012 du fait du choix de gouvernements successifs de ne plus renouveler certains stocks arrivant à péremption. Même si la responsabilité est partagée, il lui demande pourquoi une telle pénurie de masques est actuellement à déplorer pour de nombreuses professions pouvant être directement en contact avec le public alors que le virus se propage dans le monde depuis déjà plusieurs semaines. Il lui demande enfin de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement entend mettre en œuvre pour assurer la distribution, sans délai, de masques FFP2 aux professionnels concernés ainsi que tout moyen, tel que le dépistage, leur permettant d’accomplir leur mission dans des conditions optimales et contribuer à dissiper une partie de leurs légitimes inquiétudes tant la tâche face à cette pandémie reste immense.