La forêt peuplée de plantation d’épicéas s’éteint

« La forêt meurt, du moins celle peuplée de plantation d’épicéas » constate le photographe Patrick Mangel. A preuve, ces photographies prises le 21 mai 2020 dans le prolongement de la Piquante Pierre, massif qui sépare sa vallée de Basse sur le Rupt de celle de Gerbamont.

« Quand je travaillais à l’ONF en tant qu’ouvrier forestier, j’étais conscient qu’il fallait laisser de beaux feuillus, principalement du hêtre, parmi les plantations d’épicéas. Cependant l’administration nous avait dit de couper tout ce qui gène le développement des épicéas, affaire de rentabilité. Ça c’est su, l’ingénieur est venu me prévenir sur le terrain d’une mise à pied si je continuais ainsi à sacrifier des épicéas au profit de beaux feuillus » se souvient Patrick Mangel.

« J’avais raison. Alors, maintenant 30 ans après, quand je passe en VTT dans la forêt de Noiregoutte, et que je vois les parcelles où j’ai laissé beaucoup de feuillus, c’est beau et bien » se félicite Patrick Mangel.

Moralité, la discipline, ce n’est pas toujours bon…