SICOVAD – Nouvelle campagne : ne restez pas à l’âge de pierre !

Une onomatopée en titre de post annonce une campagne de sensibilisation forcément un peu particulière. Fidèle à ses habitudes le SICOVAD poursuit en 2020 ses actions en alliant aide concrète à l’habitant (subventions poulaillers, lombricomposteurs, couches…), conseils de proximité, outils pratiques et promotion. Le tout sans augmentation de la taxe depuis plus de dix ans et avec comme résultats sur les deux dernières années + 6% de tri et – 4% d’ordures ménagères résiduelles. Alors, pourquoi cette nouvelle action ?

Cette campagne avait été programmée, comme nombre d’opérations, au printemps. Depuis, la crise du COVID-19 est passée par là. Les équipes ont tenu et aucune poubelle n’a été laissée sur le côté. Et pourtant… Pourtant, les agents du SICOVAD ont constaté que les gravats, les déchets verts et de nombreux déchets indésirables ont été mis dans les sacs à ordures ménagères pendant cette période.

Si le SICOVAD a reçu nombre de messages de soutien de la part de ses usagers et les en remercie, aujourd’hui, le meilleur geste à faire, c’est bien de reprendre les bonnes manières. Et cette campagne vient les rappeler.

La thématique met en scène des hommes préhistoriques. Pourquoi ? Il est temps, pour chacun, de gérer ses déchets avec… son temps et non plus comme des hommes (ou femmes) de Cro-Magnon. L’Age de pierre est terminé : il n’est plus concevable que des gravats ou des déchets verts soient encore bêtement jetés dans les ordures ménagères résiduelles, par exemple.

Cette campagne, légèrement piquante, doit inciter à vivre, consommer et surtout gérer les déchets avec son époque et pose la question de l’évolution. Hier, le SICOVAD collectait tous les déchets mélangés, ses agents étaient en shorts et tongs (véridique), tout partait à l’enfouissement ou à l’incinération. Aujourd’hui, nos modes de vie nous poussent à penser différemment et le SICOVAD a ce double rôle : proposer des clés pour bien gérer les déchets tout en rappelant que l’usager est justement le premier responsable de ses ordures. Il a le devoir de bien faire et ne plus se comporter comme un homme (ou une femme !) des cavernes.