SIVOM de l’agglomération romarimontaine – Jean Hingray élu président face à Michel Demange

Le vice-président Fabrice Lecomte, le président Jean Hingray et le vice-président Valéry Audinot.

Jean Hingray vient d’être élu président du SIVOM (syndicat à vocations multiples) de l’agglomération romarimontaine en lieu et place de Michel Demange. C’est la deuxième présidence que le maire de Remiremont ravit en une semaine à celui de Saint-Etienne-lès-Remiremont après celle de la communauté de communes de la Porte des Vosges Méridionales.

Valéry Audinot.

Jean Hingray a voulu deux vice-présidents issus de la ruralité : Valery Audinot, adjoint de Saint-Nabord, est en charge de l’eau et l’assainissement, et Fabrice Lecomte, adjoint de Vecoux, des questions d’éducation.

Fabrice Lecomte.

Le SIVOM a été créé il y 26 ans, le 31 décembre 1993. Il réunit les communes de Dommartin-lès-Remiremont, Raon-aux-Bois, Remiremont, Saint-Amé, Saint-Étienne-lès-Remiremont et Vecoux.

Construire une cohésion à 6 communes de proximité.

Un différend entre les personnes avait exclu certains représentants. La nouvelle équipe veut repartir sur d’autres bases et veiller à l’équilibre des accès de chacun aux équipements et aux services. Le SIVOM devra s’effacer au bénéfice de la communauté de communes du Pays de Remiremont au plus tard en 2026, mais en attendant, il peut préparer le terrain et avancer vers l’harmonisation et la mutualisation, en permettant à ces 6 communes de construire une cohésion stratégique.

Deux vice-présidents issus de communes rurales.

“Nous avons des gymnases qui se délabrent, que nous n’avons pas les moyens de rénover. Ça va être de pire en pire. Plus personne n’a les moyens de répondre seul aux besoins de ses administrés. Il faut rationaliser l’offre dans l’intérêt général » explique Jean Hingray. « Et pour représenter les intérêts de la ruralité, j’ai voulu mettre deux communes rurales aux vice-présidences ».

Le vice-président Valéry Audinot, le président Jean Hingray et le vice-président Fabrice Lecomte.

Partager les équipements… et les charges.

En un an, entre 2019 et 2020, le fonctionnement du SIVOM a augmenté de 11 %. « Nous avons un gymnase fermé qui va être transformé en école d’art urbain au Rhumont, mais on peut tout à fait aller faire du tir à Dommartin-lès-Remiremont ou du canoë à Saint-Nabord, etc… Nous avons l’ambition d’organiser les équipements de manière cohérente pour que tout le monde puisse y avoir accès, sans tout centraliser à Remiremont » poursuit Jean Hingray.

Harmoniser dans l’intérêt général.

« Nous voulons harmoniser nos taxes et systèmes de gestion » explique Valéry Audinot, et en 2021, le contrat de délégation de service public doit être renouvelé. Le nouveau vice-président veut travailler à lisser les tarifs, optimiser la station d’épuration et la gestion des boues. « Avec la Covid-19, il faut hygiéniser les boues avant de les épandre et ce n’est pas une mince affaire » remarque-t-il.

Vers un regroupement éducatif.

L’autre question clé pour ces communes, est la survie des écoles. Fabrice Lecomte pense à mettre en place un regroupement centralisé sur un site pour y développer un groupe scolaire digne de ce nom, étudier la question des transports, restauration et temps périscolaire pour que ça réponde à l’intérêt général. « Nous sommes obligés de mutualiser, autant y réfléchir ensemble pour une solution qui convienne à tous », poursuit Fabrice Lecomte. À Vecoux, il n’y a plus que des écoles maternelles !