Le Grand-Ventron candidat au classement au patrimoine mondial de l’UNESCO

Candidature de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO pour sa valeur exceptionnelle et universelle à transmettre aux générations futures. « Forêts primaires et anciennes de Hêtre des Carpates et d’autres régions d’Europe ».

Le bien « Forêts primaires et anciennes de Hêtre des Carpates et d’autres régions d’Europe » est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 2007 pour sa valeur universelle et exceptionnelle. Le comité du patrimoine mondial a validé l’extension de ce bien transnational en 2011 puis en 2017. La série concerne aujourd’hui 62 forêts dans 12 pays d’Europe. Une troisième et dernière extension du bien a été demandée par 10 pays européens, dont la France qui ne s’était pas encore engagée dans la démarche.

C’est dans ce contexte que le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire en lien avec l’Office National des Forêts et Réserve Naturelle de France, a sollicité en 2018/2019 un certain nombre de gestionnaires de sites susceptibles de correspondre aux critères de classement en tant que composante du bien. Les vieilles forêts présentes sur le versant alsacien de la Réserve Naturelle Nationale du Massif du Grand Ventron et classées en Réserve Intégrale, en faisaient partie.

Objectifs du classement.

Les hêtraies anciennes d’Europe jouent un rôle crucial dans le maintien de milliers d’espèces forestières qui comportent de nombreuses espèces rares ou en voie de disparition. Ces écosystèmes riches sont un héritage issu d’une dynamique naturelle et de processus écologiques de un à plusieurs siècles sans exploitation. Elles offrent des services écosystémiques essentiels tels que la préservation de la biodiversité, les équilibres hydrologiques, le stockage du carbone, la réduction des impacts des épisodes climatiques extrêmes, et elles contribuent globalement à l’atténuation des effets du changement climatiques. Le classement vise ainsi :

  • à reconnaître la valeur exceptionnelle et universelle des ces vieilles forêts de hêtres (y compris leurs variantes dont la hêtraie-sapinière) ;

  • à contribuer à la préservation d’un patrimoine national, européen et mondial ;

  • à reconnaître et à encourager la gestion exemplaire conduite par les propriétaires/gestionnaires de ces forêts ;

  • à bénéficier d’un réseau d’experts pour poursuivre l’amélioration des connaissances sur ces écosystèmes et notamment sur leur résilience aux effets du changement climatique.

Les prérequis pour candidater au classement UNESCO.

-Présence de vieilles forêts de hêtre sans trace d’exploitation (ancienne ou récente) et laissées en libre évolution sur le long terme ;

-Pouvant constituer une zone « cœur » d’une surface minimale de 100 ha d’un seul tenant ;

-Identification d’une zone tampon « de protection » autour de la zone cœur où il n’y aura plus d’exploitation (largeur minimale de 50 mètres) ;

-L’ensemble zone cœur + zone tampon de protection doit déjà faire l’objet d’un classement en espace protégé pérenne de type réserve naturelle nationale ou réserve biologique domaniale ;

-Où les activités humaines jugées non compatibles avec le classement UNESCO font déjà l’objet ou peuvent faire l’objet d’une réglementation.

Les effets du classement UNESCO.

-Le classement UNESCO ne constitue pas un classement réglementaire et n’apporte pas en tant que tel de contraintes spécifiques. Il s’appuie sur des classements réglementaires existants ou à venir mis en place par chaque pays pour s’assurer de la conservation et de la bonne gestion sur le long terme des biens classés pour leur valeur exceptionnelle et universelle.

-Le classement UNESCO, reconnaissance mondiale de la valeur du patrimoine, suppose en revanche la conduite d’une gestion exemplaire et qui doit viser l’excellence.

La candidature du Grand Ventron

➔ Concertation entre les parties prenantes

Les prérequis étant réunis, Parc, DREAL Grand Est, ONF et les 3 communes alsaciennes principalement concernées par le projet de classement se sont réunis le 3 juillet 2019 en mairie de Kruth afin d’étudier l’opportunité de candidater au classement UNESCO et le cas échéant d’identifier les contours du zonage proposé (zone cœur + zone tampon de protection).

➔ Pas de contrainte supplémentaire liée au classement UNESCO

➔ Une opportunité pour faire reconnaître la valeur des vieilles forêts de la Haute-Thur

Etant entendu que le classement UNESCO n’apportait pas de contrainte réglementaire supplémentaire au regard de la réglementation existante sur la Réserve Naturelle du Massif du Grand Ventron – partie en Réserve Intégrale où toute exploitation est déjà interdite – (cf comparatif joint en annexe) et que par ailleurs le classement pouvait constituer une opportunité intéressante en termes de reconnaissance de la valeur du site, les 3 communes se sont montrées favorables au principe de candidater au classement.

➔ Identification d’un zonage basé sur les propositions de chacune des communes

S’agissant du zonage, à partir de différents scénarii identifiant la zone cœur sur la partie de réserve Intégrale et/ou sur les îlots de sénescence Natura 2000, chaque commune a fait remonter ses propositions de zone cœur pour ce qui concerne sa forêt communale.

Pour Kruth et Wildenstein, le contour proposé pour la zone cœur et la zone tampon concerne les parties en réserve intégrale ainsi que les ilots de sénescence Natura 2000

Pour Fellering, le contour proposé concerne une partie de la réserve intégrale ainsi qu’une petite parcelle forestière non soumise et laissée en libre évolution (cf carte jointe en annexe).

L’ensemble de la zone cœur proposée représente une surface d’environ 256 ha, tandis que l’ensemble de la zone tampon de protection représente une surface de 88 ha.

Remarque :

L’ONF, agence Vosges Montagne, n’a pas souhaité que la zone tampon de protection en limite départementale soit identifiée sur la Forêt Domaniale de Cornimont. Ce afin de conserver la possibilité de mener à l’avenir des opérations d’amélioration des habitats à Grand Tétras. L’agence Vosges Montagne s’est en revanche prononcée favorablement pour l’identification d’une zone tampon de « gestion durable et de préservation paysagère ».

➔ Identification d’une zone tampon de « gestion durable et de préservation paysagère »

Lors de la constitution du dossier de candidature, un 3ème zonage entourant la zone cœur et la zone tampon a en effet dû être identifié. Celui-ci ayant pour vocation d’assurer une gestion durable et de préservation paysagère autour du bien sans pour autant imposer de contrainte supplémentaire par rapport à la réglementation de la réserve, c’est le périmètre de cette dernière qui a été retenu, offrant ainsi une cohérence d’ensemble au regard des différents milieux présents et des périmètres en présence.

➔ Construction d’un argumentaire technique et scientifique

Outre une proposition de zonage partagée, le dossier de candidature comporte un argumentaire technique et scientifique détaillé afin de montrer la valeur patrimoniale exceptionnelle et universelle du site ainsi que sa valeur ajoutée au regard des autres composantes déjà identifiées ou candidates chez nos voisins allemands ou suisses.

➔ Candidature du Grand Ventron retenue par le Ministère et déposée à l’UNESCO

Le Ministère a retenu la candidature du Grand Ventron ainsi que 8 autres sites. Ces 9 sites (6 réserves biologiques Intégrales et 3 réserves naturelles nationales) constituent la proposition de contribution française pour l’extension du bien « Forêts anciennes et primaires de hêtre des Carpates et autres régions d’Europe » déposée fin janvier dernier à l’UNESCO.

Les étapes à venir :

-Expertise des candidatures prévue courant 2020 avec une possible venue sur site d’une délégation en septembre ou octobre 2020

-Intégration d’éventuels compléments ou modifications au dossier de candidature fin 2020 début 2021

-Décision finale de classement – ou non – attendue en juillet 2021.

A noter : ce calendrier prévu avant la période de crise sanitaire est en cours de révision.

-Pour chacune des 3 communes concernées par les zones cœur et zone tampon de protection, prévoir en lien avec la DREAL et le gestionnaire, et selon un calendrier à définir, une délibération montrant son adhésion à la démarche, le zonage proposé et les mesures rattachées.