Ventron – Le maire veut « préserver le ski à Frère-Joseph avec des activités complémentaires »

Brigitte Vanson est le maire de Ventron depuis juillet 2020. Photographie d’archives.

Face au manque de neige récurrent et aux investissements énormes pour maintenir l’activité, Thibaut Leduc a choisi de stopper l’exploitation des remontées mécaniques de la station de Frère-Joseph et de se consacrer exclusivement à son projet d’hôtellerie quatre saisons. Une pétition a été lancée par l’association Ventron animations contre la fermeture de la station de ski. Premier adjoint durant le précédent mandat, maire de Ventron depuis le 3 juillet 2020, Brigitte Vanson espère trouver une solution amiable alors que la délégation de service public, entre la commune et la SA Leduc, court jusqu’en 2031.

Que pensez-vous de la décision de Thibaut Leduc de stopper l’exploitation des remontées mécaniques ?

Monsieur Leduc nous a écrit qu’il a un projet d’hôtellerie bien-être quatre saisons. Il dit qu’il va arrêter le ski mais il ne l’écrit pas. La SA Leduc est liée à la commune via une délégation de service public pendant 25 ans, depuis 2006 et jusqu’en 2031. Monsieur Leduc ne peut pas l’arrêter comme cela. Les élus sont prêts à écouter Monsieur Leduc, s’il faut sortir de la délégation de service public, on le fera mais on veut préserver le ski à Frère-Joseph avec des activités complémentaires.

Est-ce que la commune pourrait reprendre l’exploitation des remontées mécaniques ?

Elle n’a pas les reins suffisamment solides pour le faire. Mais plusieurs personnes nous ont informés qu’elles seraient susceptibles de reprendre cette délégation de service public. Nous sommes sur ce dossier depuis le mois de juillet. Les élus du conseil municipal de Ventron veulent que ça avance et garder une station avec un minimum de ski.

Dans l’immédiat, la station de ski n’ouvrira pas cet hiver ?

Si Monsieur Leduc ne veut pas ouvrir cet hiver, si ça se complique, la commune pourrait aller plus loin. Monsieur Leduc a un engagement contractuel vis-à-vis de la commune. C’est comme dans un mariage, quand l’un veut divorcer, ou c’est à l’amiable ou ça se termine au tribunal. On peut trouver une solution pour la commune, pour Monsieur Leduc et pour le territoire. On veut trouver une solution alternative sous forme d’un partenariat avec d’autres prestations. En aucun cas, la commune ne veut d’un conflit avec Monsieur Leduc.

Comprenez-vous la décision de Thibaut Leduc ?

Le dossier aurait dû être résolu il y a cinq ans. Tout ce que l’on a pu faire, on l’a fait dans les règles de l’art. Il faut de la communication, du travail et de la concertation. Si la caisse des dépôts et consignations a porté le projet de Monsieur Leduc, c’est qu’elle mise également sur le tourisme hivernal.

Que pensez-vous de la pétition lancée par l’association Ventron animations ?

Elle n’est pas polémique, elle explique bien la situation et elle veut sensibiliser les gens. Cette pétition est lancée par des amoureux de Ventron. Le ski, depuis qu’Emile Leduc s’y est installé au début du siècle denier, fait l’identité de Frère-Joseph, de Ventron et d’un territoire. C’est passionné et passionnant. Monsieur Leduc aurait dû, il y a 2 ou 3 ans, faire une réunion publique et expliquer ce qu’il veut faire. Mais je le répète, la commune veut sortir par le haut de la situation actuelle.

Propos recueillis par D.J.