Vacances de Noël – Taux d’occupation en chute libre dans les stations

LES STATIONS DE MONTAGNE SUBISSENT DE PLEIN FOUET LA FERMETURE DES REMONTEES MECANIQUES AVEC UN TAUX D’OCCUPATION EN CHUTE LIBRE POUR NOËL ET LE NOUVEL AN.

Avec un taux moyen d’occupation de 25%, soit -70% par rapport à 2019-2020, et une baisse de plus de 80% de l’activité économique, les stations de montagne paient un très lourd tribut à la crise sanitaire.

Le taux d’occupation tombe même à 19% dans les stations d’altitude.

Sur ces deux semaines, 1,5 Md d’euros de chiffre d’affaires a été perdu par l’ensemble de la filière.

Si certaines aides ont été annoncées par le gouvernement à la mi-décembre, le compte n’y est pas. La décision de fermer les remontées mécaniques est une catastrophe économique non seulement pour les stations à proprement parler mais aussi pour tout l’écosystème de la montagne. A cela s’ajoutent les mesures de confinement dès 18 heures en particulier pour les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et les Vosges.

Malgré la situation, les stations de montagne ont fait preuve de responsabilité en accueillant les vacanciers avec des dispositifs sanitaires adaptés conformément au protocole sanitaire national.

Dans ce contexte, Jean-Luc Boch, Président de l’ANMSM et de France Montagnes, demande au gouvernement de redonner des perspectives aux acteurs de la montagne (les vacances d’hiver représentent 40% du chiffre d’affaires de la saison) en réouvrant au plus vite les remontées mécaniques, dès le 7 janvier comme indiqué par le Premier ministre, ainsi qu’en soutenant financièrement très fortement les communes support de stations qui vont perdre une grande partie de leurs recettes.

Sans visibilité quant à la date d’ouverture, la situation économique liée aux vacances de février deviendra rapidement intenable.

Les élus et professionnels des stations de montagne poursuivent leur mobilisation. C’est la survie d’un modèle économique et de dizaines de milliers d’emplois qui est en jeu.