Moniteurs de ski – « La saison blanche se rapproche et confirme le sacrifice de la montagne »

Les annonces faites ce jeudi soir par Jean Castex ont fait réagir le syndicat des moniteurs de ski et l’ESF, de plus en plus découragés par l’attitude du gouvernement.

Jeudi 7 janvier, le Premier Ministre Jean Castex a pris la décision de reporter la date d’ouverture des Remontées Mécaniques initialement prévue ce jour. Il prévoit un réexamen de la situation le 20 janvier.

Les monitrices et moniteurs ESF prennent acte de cette décision dictée par la situation épidémique.

Si la responsabilité doit primer ce soir, nous ne pouvons que regretter les modalités de gestion de cette crise. Alors que les acteurs de la montagne ont travaillé durant de long mois, et à la demande de l’Etat, à la mise en œuvre d’un protocole sanitaire, nous déplorons qu’aujourd’hui cette gestion de crise soit pilotée sans aucune concertation.

Le sentiment d’injustice en est d’autant plus grand.

En effet, il ne nous a pas été démontré que la mise à l’écart de la montagne et de ses activités de plein air avait un impact sur la maitrise de l’épidémie.

Dans le même temps, tout le monde aura pu constater le brassage des populations en ville incompatible avec le respect des gestes barrières : dans ces conditions nous ne comprenons pas pourquoi seules les remontées mécaniques restent fermées ?

Par ailleurs, attendre le 20 janvier engendre une absence de visibilité qui contribuera d’une part à détourner les clients au profit d’autres destinations et d’autre part à démobiliser les socio-professionnels pour la préparation de la saison.

Il faut rappeler la détermination des montagnards et leur capacité d’adaptation pour accueillir de la meilleure des façons les vacanciers sans impact majeur sur les chiffres de l’épidémie.

Il est désormais urgent que l’Etat prenne la parole pour rassurer la clientèle et promouvoir un tourisme « Bleu, Blanc, Rouge » pour les vacances d’hiver. Sans cet accompagnement, la saison qui a déjà été amputé de 30% en cumulant janvier, sera réduite à néant !

Ce sont 120 000 emplois et autant de familles sacrifiées.

Ce soutien doit pouvoir se traduire au travers :

– D’un plan de communication et de réassurance massif pour les vacances d’hiver

– D’un dispositif d’accompagnement ad hoc pour relancer les classes de neige et le ski scolaire sur la période mars / avril

Enfin, il est également indispensable que le Gouvernement renforce son dispositif d’aides concernant les moniteurs de ski au travers du fonds de solidarité mais aussi pour les syndicats locaux et les autres structures supports qui n’entrent pas dans ce dispositif et pour qui la fermeture est synonyme de pertes totales de recettes. »

Éric Brèche Président du Syndicat National des Moniteurs du Ski Français.