Le sénateur Jean Hingray alerte le ministre de la Santé sur la situation d’urgence sanitaire dans le Grand Est

Conjointement avec son collègue Christian Klinger, Sénateur du Haut-Rhin, (et 14 autres collègues sénateurs du Grand Est cosignataires du courrier), le Sénateur Jean Hingray a alerté le 11 janvier dernier le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran sur la situation d’urgence sanitaire du Grand Est qui justifie d’y prioriser et d’y accélérer sans délais la campagne de vaccination.

Les données chiffrées sont hélas cruelles comme en témoigne le dernier point épidémiologique hebdomadaire de l’ARS du 7 janvier dernier :

  • le nombre des contaminations est en hausse de 17% sur une semaine avec plus de 12 500 nouveaux cas de la Covid-19, alors que le nombre de personnes testées a diminué
  • Le taux d’incidence augmente par rapport aux semaines précédentes et atteint 228 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

Ce chiffre est bien plus élevé que le taux d’incidence moyen au niveau national qui est de 144 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

La stratégie nationale de vaccination mise en place par le Gouvernement doit impérativement prendre en compte nos réalités territoriales. La campagne dans le Grand Est a pris du retard, commençant le 4 janvier alors que le lancement national était prévu le 27 décembre. Il s’accuse d’autant plus avec nos pays voisins, notamment l’Allemagne. Dans les régions allemandes frontalières du Grand Est, ce sont déjà près de 105 000 personnes qui ont été vaccinées au 11 janvier : 65 500 dans le Bade-Wurtemberg, 30 000 en Rhénanie-Palatinat et 9150 en Sarre. En France nous atteignons péniblement 100 000 personnes au niveau national à cette même date.

Nous ne demandons pas un traitement de faveur mais une allocation de ressources adaptée à la situation pandémique d’urgence que nous connaissons. Accélérer la vaccination est la priorité des priorités pour parvenir le plus vite possible à un retour à la normale durable. Les premiers enseignements de la campagne de vaccination en Israël vont dans ce sens : le vaccin contre le coronavirus de Pfizer réduirait le risque d’infection d’environ 50% 14 jours après l’administration de la première dose.

Nous apprécions votre annonce du week-end dernier concernant la livraison de 50 000 doses du vaccin Moderna réservées aux territoires les plus touchées de la Région Grand Est et des bouches du Rhône.  C’est un premier pas que nous saluons. Mais il faut aller plus loin encore. Plus vite nous irons dans le Grand Est, plus nous contribuerons à faire pencher la balance nationale du bon côté pour le bien de tous.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s