Saulxures-sur-Moselotte – Psychose et interrogations après la mort d’un homme de 49 ans

Mercredi 24 février 2021, alors que le corps sans vie de l’homme de 49 ans venait d’être découvert à son domicile de la rue Victor-Hugo, la nouvelle s’est d’abord répandue sur le marché hebdomadaire. Celui-ci se tient chaque mercredi matin sur le parking des écoles, à 200 mètres environ du lieu du drame.

Le parking est mitoyen du centre de secours des sapeurs-pompiers et de la gendarmerie. Le marché venait tout juste que ses premiers clients ont vu sortir tout à coup pompiers et gendarmes.

« Tu sais ce qui passe là-bas, au carrefour ? » entendait-on entre les quelques étals. « Il paraît que c’est un suicide ».

Au fil des heures, les Saulxurons ont cependant compris qu’il ne s’agissait pas d’un suicide. Le déploiement inhabituel de gendarmes, les relevés minutieux des techniciens en identification criminelle, l’arrivée solennelle du procureur de la République puis du patron de la section de recherches de Nancy, et la longue inspection des moindres recoins du secteur par l’hélicoptère de la gendarmerie venu de Metz. A la recherche de la voiture de la victime qui sera finalement retrouvée 70 kilomètres plus loin, à… Rambervillers, comme nous le révélions jeudi matin.

La psychose s’est d’autant plus emparée de la commune que le quadragénaire y était connu depuis son enfance pour sa bonne humeur, son sourire et sa franchise. Dans la vie comme au travail où il était depuis 30 ans le fidèle employé d’une entreprise de la commune voisine de Cornimont.

Aujourd’hui, les Saulxurons veulent savoir ce qui a bien pu se passer dans l’arrière-cour théâtre du drame. A l’abri des regards.

Guet-apens dans lequel serait tombé le quadragénaire ? Dispute qui aurait mal tourné ? L’heure est aux hypothèses…

Avec un sentiment unanime : « que justice soit faite », comme l’ont commenté ce vendredi soir plusieurs internautes après la publication de l’avis de décès de leur vieille connaissance.